Extinction Rebellion perturbe le salon de l’auto de Bruxelles

MANIFESTATION Plusieurs activistes et organisateurs de l’association ont été reconnus par les autorités et interpellés avant de pouvoir entrer dans le Salon de l’automobile

20 Minutes avec agences

— 

Des militants d'Extinction Rebellion font un « die in » à l'entrée du Salon de l'auto à Bruxelles (Belgique), samedi 18 janvier 2020.
Des militants d'Extinction Rebellion font un « die in » à l'entrée du Salon de l'auto à Bruxelles (Belgique), samedi 18 janvier 2020. — NICOLAS MAETERLINCK/Belga/Sipa U/SIPA

Environ 150 militants d’Extinction Rebellion ont été interpellés ce samedi à Bruxelles (Belgique) dans l’enceinte du Salon de l’automobile. Les activistes seront « relâchés après avoir donné leur identité », a précisé un porte-parole de la police. Toute une série d’actions était prévue durant l’après-midi. Extinction Rebellion voulait « perturber le Salon de l’auto » pour « dire la vérité sur l’effondrement écologique et le rôle moteur de l’industrie automobile dans cette crise », précisait un communiqué de l’association. Plusieurs des organisateurs, identifiés par la police, ont été interpellés avant de pouvoir entrer.

L’industrie automobile « continue de mentir »

Une bannière « Stop aux émissions de CO2 » a été déployée à l’entrée principale. Des militants se sont enchaînés au volant des voitures présentées, des véhicules ont été tagués ou aspergés de colorant couleur sang. Sur le stand du géant pétrolier Shell, un militant nu et ensanglanté hurlait « Shell tue » pendant que d’autres distribuaient des tracts aux visiteurs.

Fidèles aux pratiques d’XR, les activistes ont joué la dispersion en menant plusieurs actions par petits groupes. « On l’a appelé "le Salon des mensonges" parce qu’on ne croit absolument plus en l’industrie automobile pour apporter des solutions » à la crise climatique, a indiqué une porte-parole de l’association. « Elle a déjà menti par le passé, continue à mentir et continuera à nous mentir si on ne l’arrête pas. »