Tarn : Obligé de déménager à cause des nuisances éoliennes, un couple débouté en justice

JUSTICE Un couple de Tarnais qui avait demandé 350.000 d’indemnisations au gestionnaire d’un parc éolien pour « trouble anormal de voisinage » vient d’être débouté en justice

20 Minutes avec AFP

— 

Des éoliennes en Occitanie (Illustration)
Des éoliennes en Occitanie (Illustration) — FREDERIC SCHEIBER / 20 MINUTES

S’affirmant victimes de vertiges, de maux de tête et se sentant oppressés, Christel et Luc Fockaert ont dû déménager en 2015 de leur domicile, à Fontrieu, dans le Tarn, onze ans après leur arrivée. Selon ce couple de Belges, leurs maux étaient directement liés à la présence de six éoliennes près de leur domicile, dont une à 700 mètres de leur maison, comme l’autorise la réglementation.

Des troubles intervenus après la coupe, deux ans plus tôt, d’un bois, faisant écran entre leur maison et le parc éolien. Ils avaient donc déposé un recours pour faire reconnaître un « trouble anormal de voisinage » et une demande d’indemnisation de quelque 350.000 euros à l’opérateur 3D Energies.

Ce jeudi, ils ont été déboutés par le tribunal de Castres qui n’a indiqué que « le lien de causalité entre les troubles allégués et le fonctionnement du parc n’était pas démontré », a précisé Alice Terrasse, leur avocate.

Possible appel

Lors de l’audience au civil le 29 novembre, elle avait cité deux expertises, l’une médicale, l’autre de sonométrie pour démontrer que le « parc est source de nuisances ».

Le défenseur de la société 3D Energies, Alexandre Brugière, avait de son côté produit deux rapports de l’Académie de médecine et de l’Agence nationale de l’environnement indiquant qu’aujourd’hui « il ne peut pas être établi de liens entre les infrasons et des troubles souvent invoqués par les requérants pour caractériser un malaise ».

Le couple réfléchit de son côté à faire appel selon leur avocate.