Gironde : L’indemnisation des copropriétaires du « Signal » tarde à être débloquée

EROSION L’assemblée nationale a voté en décembre 2018 un amendement pour l’indemnisation des 75 copropriétaires du Signal, cet immeuble de la côte girondine menacé par les flots. En ce début 2020, ils n’ont toujours pas obtenu de versement

E.P.

— 

Les 75 copropriétaires sont toujours en attente de leur indemnisation, six ans après l'évacuation de l'immeuble.
Les 75 copropriétaires sont toujours en attente de leur indemnisation, six ans après l'évacuation de l'immeuble. — UGO AMEZ/SIPA

Les 75 copropriétaires du « Signal », ne voient pas encore d’issue à leur affaire, six ans après que l’Etat a pris un arrêté de péril qui a conduit à l'évacuation de leurs appartements. Le « Signal », devenu l’un des emblèmes de l'érosion côtière, c’est cet immeuble de Soulac, en Gironde, construit à 200 mètres des flots dans les années 1960 et qui n’en est plus qu’à une dizaine de mètres aujourd’hui.

Une enveloppe de 7 millions d’euros a pourtant été votée en décembre 2018 par l’Assemblée pour indemniser les 75 copropriétaires. « Cela n’avait jamais été fait, a souligné ce mercredi Fabienne Buccio, préfète de la Gironde, lors de ses vœux à la presse. On en est au stade final de la signature du protocole ». Elle ne se risque cependant pas à donner une date au versement des indemnités, qui sera opéré par la communauté de communes et non directement par l’Etat.

Sur ce dossier particulièrement sensible, qui n’avait pas été jugé éligible au fonds Barnier sur les risques naturels, l’Etat ne veut pas risquer d’impair. « C’est bien qu’il y ait des indemnisations mais cela ne doit pas faire jurisprudence, le Signal est un cas particulier », a explicité la préfète.

L’immeuble qui menace de s’effondrer, a été désamianté par l'Etat au début de l'année 2019.