Côte d'Azur: Les bateaux devront retenir leur soufre à Nice et à Cannes

PORTS Les ferries et les navires de croisière ne pourront utiliser que du carburant à 0,1 % de teneur en soufre maximum

Fabien Binacchi

— 

Un ferry de la compagnie Corsica Ferries dans le port de Nice
Un ferry de la compagnie Corsica Ferries dans le port de Nice — Syspeo / Sipa
  • A Nice, Corsica Ferries vient de s’engager à n’utiliser que du carburant à 0,1 % de teneur en soufre maximum.
  • L’ensemble des compagnies de croisière qui stationneront en baie de Cannes en 2020 ont pris le même engagement.
  • Ces initiatives interviennent avant la mise en place au large des côtes azuréennes d’une éventuelle « Zone de contrôle des émissions des navires » qui prévoit le même taux.

Nice, « troisième port urbain d’Europe le plus pollué au soufre »… Ils ne veulent plus de ce préoccupant palmarès de l’organisation européenne Transport et Environnement.

Jeudi, la compagnie Corsica Ferries s’est engagée auprès de la métropole Nice Côte d’Azur et de la CCI pour n’utiliser plus que du carburant à 0,1 % de teneur en soufre dès samedi 18 janvier au plus proche des côtes. « Le port de Nice fera mieux que les normes nationales », qui imposent depuis le passage en 2020 un taux maximum de 0,5 %, s’est réjoui Christian Estrosi, le président de la collectivité.

En attendant une « Zone de contrôle des émissions des navires »

Une annonce qui en a croisé une autre pour la santé des Azuréens. La mairie de Cannes a aussi indiqué jeudi que l’ensemble des compagnies de croisière qui avaient prévu une escale dans sa baie, en 2020, avait ratifié sa charte, lancée l’été dernier. Ce texte oblige également à n’utiliser que du carburant soufré au maximum à 0,1 %.

Ces initiatives, déjà au-delà de la législation, interviennent avant la mise en place au large des côtes azuréennes d’une éventuelle « Zone de contrôle des émissions des navires » (ECA, selon la nomenclature de l’Organisation maritime internationale). Déjà instauré dans la Manche, la Mer Baltique et la mer du Nord, ce dispositif prévoit ce taux le plus bas. Mais « la création d’une zone ECA en Méditerranée n’est pas prévue avant 2022 », souligne Christian Estrosi, qui assure ainsi avoir voulu aller « plus vite ».

Des raccordements électriques pour les méga yachts

« Ce passage anticipé au 0,1 % est un marqueur fort », s’est félicité Pierre Mattei, le PDG de Corsica Ferries, en visite jeudi à Nice, pour l’occasion. Si la compagnie s’est engagée dans cette voie pour « la réduction de [son] empreinte environnementale », c’est parce qu’elle « étudie les solutions les plus adaptées à chaque port et notamment là ou le branchement à quai n’est pas encore possible aujourd’hui comme à Nice ».

Cette possibilité, qui permet aux navires qui stationnent de se passer de se leur moteur en utilisant de l’électricité, n’est pas une bonne option « pour les ferries qui sont là moins de deux heures », avance la métropole. « En revanche, cette possibilité sera proposée aux méga yachts, qui restent plus longtemps, dès 2021 », assure encore la collectivité.