La vente de produits phytosanitaires en forte hausse en 2018 en France

AGRICULTURE Le gouvernement a chiffré cette hausse à plus de 21 %, alors que les distributeurs l’évaluent à 8 %

20 Minutes avec AFP

— 

Un agriculteur en train d'épandre des produits phytosanitaires sur ses cultures.
Un agriculteur en train d'épandre des produits phytosanitaires sur ses cultures. — ALLILI MOURAD/SIPA

Herbicides, fongicides, insecticides… En France en 2018, l’achat de produits phytosanitaires a fortement augmenté dans l’agriculture, malgré les polémiques et deux plans gouvernementaux successifs dont l’objectif était pourtant de diminuer leur usage. Un « effet conjoncturel » qui agace les défenseurs de l’environnement.

« Après une légère baisse en 2017, le comité a constaté une augmentation globale forte (+21 %) des quantités vendues de produits phytopharmaceutiques en 2018 », ont indiqué mardi soir dans un communiqué les quatre ministères de l’Agriculture, de la Santé, de la Recherche et de la Transition écologique. Plus tôt dans la journée, l’association des producteurs et vendeurs de produits phytosanitaires (UIPP) avait indiqué pour sa part dans un autre communiqué que les ventes de produits phytopharmaceutiques aux distributeurs avaient augmenté de 8 % en 2018, à 68.000 tonnes.

Un effet « conjoncturel »

« Nous pensons que la hausse de 8 % de la quantité de substances vendues par rapport à 2017 est due à un effet conjoncturel », le stockage des produits par les agriculteurs fin 2018 pour anticiper la hausse de la redevance pour pollution diffuse (RPD) entrée en vigueur le 1er janvier 2019, a expliqué à l’AFP Eugénia Pommaret, directrice générale de l’UIPP. Ce phénomène avait déjà été observé lors des précédentes augmentations de la RPD en 2008 et 2015, a-t-elle ajouté.

L’explication est la même au niveau gouvernemental : « cette évolution paraît liée à une anticipation des achats en fin d’année 2018 en prévision de l’augmentation de la RPD », assure le communiqué interministériel. « La politique menée depuis 10 ans ne produit pas les résultats attendus », a observé dans un tweet la ministre de la Transition écologique et solidaire Elisabeth Borne. « Il nous faut lui donner un nouveau souffle car nous n’avons pas d’autre choix que d’aller vers une société moins dépendante des produits phytosanitaires », a-t-elle ajouté.

« L’échec » du plan du gouvernement

« Nous, on n’y comprend plus rien », a commenté Eric Thirouin, secrétaire général adjoint FNSEA, auprès de l’AFP, à propos de la différence entre les chiffres donnés par les professionnels et ceux du gouvernement. « On constate que les pratiques agricoles ont évolué » et que les progrès « sont bien réels ». Il demande donc que les indicateurs soient « remis à plat ».

« Je pense qu’on ne peut pas imputer une telle augmentation simplement aux stocks qui ont été faits avant l’introduction d’une augmentation », a pour sa part déclaré à l’AFP François Veillerette, directeur de l’association Générations Futures. Dans un communiqué, l’organisation écologiste dénonce « cette hausse considérable de la dépendance de notre agriculture aux pesticides qui marque l’échec total de ce plan Ecophyto ! Il est maintenant évident que ce plan restera un échec tant que l’Etat s’en remettra au bon vouloir de la profession agricole pour faire évoluer de manière volontaire ses pratiques ! ».

Une baisse significative sur 20 ans

« Alors que ces chiffres devraient appeler à une profonde remise en question et à un sursaut historique, le gouvernement reste atone » a réagi de son côté la Fondation Nicolas Hulot, qui « appelle le gouvernement et les parlementaires à se ressaisir pour donner un cap clair aux agriculteurs et protéger l’environnement et les citoyens ».

Malgré ces hausses révélées mardi, en 20 ans, les quantités de matières actives utilisées ont baissé de « plus de 40 % », passant d’environ 120.000 tonnes achetées par les distributeurs en 1999 à 68.000 tonnes en 2018, selon les chiffres de l’UIPP. Dans ces chiffres, une bonne nouvelle se détache tout de même : l’UIPP constate « une augmentation constante de la part des produits de biocontrôle (solutions plus respectueuses de l’environnement) en volume », passée de 13,4 % en 2010 à 23,7 % en 2017, selon les chiffres de la DGAL (direction générale de l’Alimentation, qui dépend du ministère de l’Agriculture).