Oise : Il récupère malgré lui ses 10 t de déchets balancés dans la nature

DÉPÔTS SAUVAGES Précurseur du « retour à l’envoyeur », le maire de Laigneville a encore frappé

Mikaël Libert

— 

Les déchets ont été rapportés à leur propriétaire.
Les déchets ont été rapportés à leur propriétaire. — C.Dietrich

Fallait pas l’énerver. Lundi, Christophe Dietrich, maire de Laigneville, dans l’Oise, a fait procéder au premier « retour à l’envoyeur » de l’année 2020. Un habitant particulièrement indélicat avait balancé, tranquillou, 10 t de déchets en pleine nature.

A plusieurs reprises, 20 Minutes a consacré des articles à cet élu, précurseur de la lutte contre les dépôts sauvages d’ordures depuis 2014. C’est lui qui a lancé le rituel du retour à l’envoyeur des déchets dont les propriétaires pouvaient être identifiés. La « Dietrich touch » consistant à filmer systématiquement l’opération et à diffuser la vidéo sur les réseaux sociaux. Si sa technique radicale a fait chuter drastiquement le nombre de dépôts sauvages, trois seulement en 2019, certains continuent de tenter leur chance.

Repéré et suivi par une habitante

C’est ce qu’a fait un homme, samedi dernier. Et il n’y est pas allé avec le dos de la cuillère. Dans un champ, aux confins des communes de Laigneville et de Rousseloy, l’indélicat a jeté « au moins 10 t » de déchets. Manque de chance, une habitante a repéré le manège de l’individu, qui trimbalait ses détritus dans un camion-benne.

Cette dernière a pris l’initiative de suivre le camion jusqu’au chemin de terre menant au champ tout en filmant avec son téléphone portable. C’est grâce à ce témoignage que l’utilisateur du camion, propriétaire des déchets, a pu être facilement identifié. Ses nombreux allers-retours avaient été par ailleurs enregistrés par les caméras de vidéosurveillance de la commune.

Fort de toutes ces preuves, Christophe Dietrich a mobilisé, lundi matin, plusieurs véhicules et agents municipaux pour aller récupérer les déchets dans le champ. Chargés à bloc, les cinq camions se sont ensuite rendus au domicile de l’homme et ont vidé leur chargement devant chez lui. Le tout étant filmé, comme d’habitude, par le maire en personne. Interpellé par le maire, l’homme n’a pas nié. Et lorsque l’élu lui a rappelé qu’il « y a des déchetteries pour ça », l’homme a simplement répondu : « Je n’ai pas trouvé. »

Son geste va lui coûter très cher. La commune va en effet lui facturer 800 euros par camion mobilisé pour transporter les déchets. Une note à 4.000 €, donc, qui devrait faire passer l’envie de recommencer à ce monsieur.