Lot-et-Garonne : La plus importante exploitation de kiwis rouges de France, se développe sous serre photovoltaïque

CULTURE Peu connu du grand public, le kiwi rouge cherche à se développer dans le Lot-et-Garonne, dans une exploitation constituée de serres photovoltaïques

Mickaël Bosredon

— 

La première production de kiwis rouges de France, pousse sous des serres photovoltaïques dans le Lot-et-Garonne.
La première production de kiwis rouges de France, pousse sous des serres photovoltaïques dans le Lot-et-Garonne. — Dored
  • Le kiwi rouge est un produit plus doux et plus sucré que son cousin le kiwi vert.
  • La plus importante exploitation française de ce fruit d’origine chinoise, a été lancée en 2018 dans le Lot-et-Garonne, et vient de livrer sa première production.
  • Elle pousse sous serre photovoltaïque, une serre qui permet donc de produire de l’électricité.

La plus importante exploitation de kiwis rouges de France, et l’une des plus grosses en Europe, se situe à Boé, près d’Agen dans le Lot-et-Garonne. Lancée en mai 2018 sous des serres photovoltaïques, elle vient de livrer sa première production, avec plusieurs mois d’avance.

« J’ai découvert ce kiwi rouge en Italie, et il m’a plu tout de suite », raconte l’agriculteur Jean Michel Aurières, qui possède plusieurs exploitations dans le Tarn-et-Garonne, dont du kiwi vert. Non poilu, le kiwi rouge « est un produit exceptionnel, très sucré, avec des arômes de fruits rouges. » Souhaitant le développer en France, l’agriculteur s’est rapproché de la société Reden Solar, producteur d’énergie renouvelable et spécialiste de l’agrivoltaïsme, comprendre des serres constituées de panneaux photovoltaïques. « Il y avait des serres de ce type disponibles à Boé, et j’ai pu les récupérer, sachant que la particularité de ce kiwi est que l’on ne peut le faire que sous serre, car il est très sensible à la bactériose [la PSA]. »

« Le défi est d’arriver à produire »

Jean-Michel Aurières exploite actuellement 8 hectares de kiwis rouges à Boé. « Nous sommes sur trois serres, et cette année nous avons pu sortir 3 à 4 tonnes/hectare, sur une seule serre. L’objectif est d’arriver à terme entre 25 et 30 tonnes/hectare. »

Peu connu encore du grand public, le kiwi rouge, originaire de Chine, était jusqu’ici exploité en Europe uniquement en Italie, et en petite quantité. « Il n’est pas très gros, en moyenne 80-90 grammes, contrairement au kiwi vert qui peut faire 120 grammes, poursuit l’agriculteur tarn-et-garonnais. On le distribue en circuit court, et en supermarché aussi, même si on n’a pas de gros volumes pour l’instant. Il est plus cher (10-12 € le kilo contre 3 € en moyenne pour le kiwi vert), mais je suis confiant sur la demande de la clientèle, notre défi est d’arriver à produire, sachant que c’est une culture assez complexe. »

Plus de 200 hectares de serres photovoltaïques en France pour Reden Solar

L’entreprise Reden Solar, basée à Agen, est devenue de son côté le spécialiste de la serre photovoltaïque, activité qu’elle a baptisée elle-même « agrivoltaïsme ». « L’agriculteur bénéficie ainsi de la protection de sa culture, puisque la serre préserve la chaleur et protège des intempéries, et nous, nous gagnons un toit sur lequel on peut faire de la production d’énergie, puisque ce sont les panneaux photovoltaïques qui font office de toit » résume Jean-Jacques Arribe, directeur développement France de Reden.

Les serres photovoltaïques de Boé génèrent environ 9 millions de kWh par an, soit l’équivalent de la consommation annuelle de quelque 10.000 habitants. Elles permettent par ailleurs d’éviter chaque année le rejet de 340 tonnes de CO2.

Reden Solar exploite à ce jour plus de 200 hectares de serres photovoltaïques en France, essentiellement dans les grands bassins du Sud-Est et du Sud-Ouest. « Et nous avons plus de 100 hectares à l’étude » ajoute Jean-Jacques Arribe. Il précise proposer des serres sèches, « c’est-à-dire des serres qui ne sont pas chauffées » ce qui permet de « travailler les cultures de saison. »

Un système « gagnant-gagnant, autant pour l’agriculteur que pour nous. »