VIDEO. Des scientifiques retrouvent la trace du desman des Pyrénées à l’aide de ses crottes

ANIMAUX Petit rat d’une cinquantaine de grammes, le desman des Pyrénées est encore plus menacé d’extinction qu’on le croyait

Rachel Garrat-Valcarcel

— 

Un desman des Pyrénées de la vallée de Laruns.
Un desman des Pyrénées de la vallée de Laruns. — Lucas Santucci / Agence Zeppelin

Connaissez-vous le desman des Pyrénées ? Ou « rat trompette » des Pyrénées, son petit nom ? Non ? C’est normal, même les scientifiques connaissent mal cette petite bestiole d’à peine 50 grammes à l’âge adulte. Mais celles et ceux qui l’observent savent quand même qu’il s’agit de l’une des espèces animales les plus menacées d’extinction en France. C’est pourtant, comme le rappelle France Bleu Roussillon, un animal emblème du massif montagneux du sud de la France.

Depuis six ans, un grand programme d’observation a été mis en place. Pas simple pour un animal si petit. Alors, chercheurs et chercheuses ont eu l’idée d’observer… les excréments, qu’il laisse ici où là. Les cadavres de desmans sont aussi analysés.

Mauvais résultats

D’après France Bleu Roussillon, les résultats ne sont pas bons. La zone de vie du desman s’est en effet rétrécie de 60 % en vingt-cinq ans. Pire, les trois petits groupes de desmans qui vivent dans les Pyrénées sont désormais trop éloignés pour communiquer et se reproduire. Ce qui augmente les risques de consanguinité et donc d’accélération de l’extinction.

L’étude Life + Desman doit se poursuivre encore en 2020 mais on sait déjà que l’objectif sera désormais de réussir à reconnecter les trois populations de desman, via des aménagements qui protégeront leur progression dans le massif. Le desman des Pyrénées est capable de parcourir des distances considérables, malgré sa petite taille.