Ile de Ré: Fin de la pêche au chalut pélagique pour protéger bars et dauphins

ENVIRONNEMENT La préfecture de Nouvelle-Aquitaine propose de créer une réserve naturelle sur le plateau de Rochebonne, couvrant une zone d’environ 100 km2

20 Minutes avec AFP

— 

Des bateaux de pêches au chalut (illustration)
Des bateaux de pêches au chalut (illustration) — Gillian Flaccus/AP/SIPA

Les pêcheurs du plateau de Rochebonne, zone naturelle sensible d’environ 100 km2 située à l’ouest de l’île de Ré (Charente-Maritime), vont devoir changer leurs plans le 1er janvier. La pêche au chalut pélagique, accusée d’être responsable de la mort de nombreux dauphins, n’est en effet plus autorisée dans la zone a annoncé jeudi la préfecture de la région Nouvelle-Aquitaine.

Une autorisation depuis 1978

Depuis 1978, une autorisation de pêche au chalut pélagique (grand filet qui ne touche pas le fond marin) était délivrée tous les deux ans pour 60 jours, en début d’année. La prochaine campagne devait débuter le 1er janvier dans cet espace naturel sensible classé « Natura 2000 », situé au-delà des eaux territoriales dans le Golfe de Gascogne.

La préfecture explique que « deux évolutions significatives » ont motivé sa décision de ne plus accorder d’autorisations de pêche : « les fortes mortalités de cétacés constatées l’hiver dernier » et « la protection de certaines espèces aujourd’hui considérées comme menacées (…), en particulier le bar, dans une zone de reproduction de l’espèce ». Cette décision « a reçu le soutien des organisations régionales de pêche de Nouvelle-Aquitaine, des Pays-de-la-Loire et de Bretagne ».

Mi-février, l’observatoire Pelagis avait indiqué que plus de 400 dauphins s’étaient échoués depuis le début de 2019 sur la côte atlantique. La plupart présentaient des traces de capture accidentelle par la pêche. Le gouvernement avait alors promis de renforcer les mesures pour limiter les captures accidentelles par des pêcheurs.

Application du principe de précaution

La préfète de région Fabienne Buccio assure qu’elle a décidé d’appliquer le principe de précaution même « s’il n’a pas été possible d’établir un lien direct (entre l’échouage des dauphins morts et) la pratique du chalut pélagique ». Sa décision intervient après une consultation publique lancée cet automne par la direction interrégionale de la mer, parallèlement à une concertation des organismes scientifiques et organisations professionnelles. Elle « a suscité plus de 4.300 contributions, essentiellement favorables à l’interdiction de la pêche » sur le plateau de Rochebonne.

Le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume « salue cette décision proposée par les structures de la pêche professionnelle et qui témoigne de l’engagement résolu de la pêche professionnelle dans la gestion durable ». Enfin, Fabienne Buccio propose par ailleurs de lancer une réflexion sur la constitution d’une zone de protection forte sur ce plateau, « sous la forme par exemple d’une réserve naturelle ».