Canada : Un spectacle sur un Père Noël écolo insurge des parents d’élèves

CLIMAT Beaucoup d’entre eux ont critiqué le spectacle, jugé « anti-pétrole »

20 Minutes avec agences

— 

Photo d'illustration d'u père Noël
Photo d'illustration d'u père Noël — 20 minutes - Magazine

Dans une petite ville pétrolière de l’ouest canadien, le fait de suggérer que le père Noël se déplace en traîneau électrique, lors d’un spectacle de fin d’année, a provoqué un tollé et obligé une école à présenter ses excuses. Pour certains parents d’élèves de l’école Prairie Horizons de la ville d’Oxbow, le message écologiste du concert intitulé « Le père Noël se met au vert » a été perçu comme un véritable « coup de pied en dessous de la ceinture » par les employés de ce secteur en crise.

« Ce n’était même pas un concert de Noël », s’est ainsi insurgé sur Facebook Mike Gunderman, dont la fille jouait dans ce spectacle très populaire en Amérique du Nord. « C’était de toute évidence une manifestation anti-pétrole ».

L’école s’est excusée

L’une des chansons du récital, intitulée « Fermez la pompe » (à essence), appelle le père Noël à équiper son traîneau d’une motorisation électrique ou à l’éthanol, et promet « des vacances vertes ». Piqués au vif, plusieurs parents d’élèves de cette petite ville, au cœur d’un territoire parsemé de dizaines de milliers de puits de pétrole et de gaz, ont demandé et obtenu des excuses de l’école.

La directrice de la circonscription scolaire de la région d’Oxbow, Lynn Little, a regretté que certains passages du spectacle aient pu être jugés « irrespectueux ». « Ce n’était pas du tout l’intention », a-t-elle assuré dans un message publié lundi. « Il n’a jamais été question d’une quelconque arrière-pensée politique, ou d’un message hostile à l’industrie pétrolière ou gazière ».

44 % réfutent le changement du climat

Le Canada possède les troisièmes réserves prouvées de pétrole au monde, situées principalement dans les sables bitumineux de l’ouest du pays, en Alberta mais également en Saskatchewan voisine. Ces provinces ont souffert de l’effondrement des cours du pétrole et du manque de débouchés à l’exportation, faute d’un nombre suffisant d’oléoducs.

Une enseignante de l’université de Regina, Emily Eaton, voit dans les excuses rapides de l’école « la puissance et l’influence énormes » du secteur énergétique dans cette province. « Si on ne peut même plus conseiller aux gens de choisir des emballages écologiques pour leurs cadeaux, alors on refuse vraiment d’admettre la réalité dans laquelle on vit », a-t-elle déclaré à la chaîne CBC.

Elle cite une enquête menée en 2016 montrant que seulement 56 % des habitants de la région d’Oxbow croient au réchauffement climatique, contre 79 % au niveau national.