COP25 : Le Costa Rica veut protéger 30 % des espaces naturels d’ici 2030

ENVIRONNEMENT Le Costa Rica a lancé une coalition qui rassemble une vingtaine de pays à ce jour. Objectif : miser sur la nature pour lutter contre le réchauffement climatique

20 Minutes avec agences

— 

Le ministre de l'Environnement du Costa Rica, Carlos Manuel Rodriguez.
Le ministre de l'Environnement du Costa Rica, Carlos Manuel Rodriguez. — Manu Fernandez/AP/SIPA

Classer 30 % des surfaces marines et terrestres en aires protégées d’ici à 2030 pour « limiter le réchauffement climatique ». Voici la proposition défendue par le ministre de l’Environnement du Costa Rica, Carlos Manuel Rodríguez, lors de la COP25.

Le Costa Rica, qui a accueilli en octobre la pré-COP25, y a lancé une coalition avec la France, la Finlande, le Gabon, Grenade et le Royaume-Uni. L’objectif de cette initiative, baptisée #30x30 sur les réseaux, est donc de protéger 30 % des espaces naturels d’ici à 2030.

« Conserver les écosystèmes naturels »

Une vingtaine de pays, mais aussi des ONG et des scientifiques, l’ont rejointe depuis et elle sera présentée officiellement lors du congrès mondial de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) en juin à Marseille (sud de la France).

« Les solutions fondées sur la nature sont fondamentales pour atteindre le +1,5°C », estime Carlos Manuel Rodríguez qui évoque ici l’objectif le plus ambitieux de limitation du réchauffement climatique fixé par l'Accord de Paris. « Nous ne leur portons pas l’attention et le niveau d’investissements requis, ajoute-t-il dans un entretien à l’AFP. Elles représentent 30 % de la solution climatique et reçoivent seulement 3 % des fonds internationaux ».

Pour bénéficier de l’aide de la nature contre les effets dramatiques du changement climatique, « il faut conserver les écosystèmes naturels », comme « les forêts, les récifs, les zones humides, les mangroves, en Russie ou au Costa Rica », mais aussi restaurer les zones dégradées, défend le ministre.

Des objectifs qui ne sont souvent pas remplis

La coalition rassemble « une vingtaine de pays du Nord et du Sud : des nations insulaires, des pays africains, d’Amérique latine, d’Europe et d’Asie », indique Carlos Manuel Rodríguez. « L’objectif principal sera de protéger 30 % des aires naturelles en 2030 et il faudra que cela aille de pair avec un engagement de financement », explique-t-il.

Lors de la 15e Conférence de l’ONU sur la biodiversité en novembre 2020 en Chine, les Etats membres doivent fixer de nouveaux objectifs pour protéger les écosystèmes au cours de la prochaine décennie. Les objectifs dits d’Aichi, choisis en 2010, n’ont pas, pour une grande part, été remplis.

Un de ces objectifs prévoyait que d’ici à 2020, au moins 17 % des terres et 10 % des zones marines et côtières soient protégés. Si les pays savent comment protéger la nature, « le problème est l’efficacité, qui est très faible », reconnaît le ministre.