Pour François Ruffin, « il ne peut pas y avoir de consensus de la classe politique au nom de l’écologie »

« 20 MINUTES » AVEC... A l’heure de la COP 25, François Ruffin s’empare des questions environnementales et appelle les Français à resserrer les liens contre la mondialisation

Propos recueillis par Emilie Petit

— 

«20 Minutes avec»: François Ruffin ne croit pas en une «écologie apartisane» — 20 Minutes
  • Tous les vendredis, 20 Minutes propose à une personnalité de commenter un phénomène de société, dans son nouveau rendez-vous hebdomadaire « 20 Minutes avec… ».
  • Dans son nouveau livre, « Il est où, le bonheur », François Ruffin appelle à un front populaire écologique.
  • Pour le député LFI de la Somme, l’écologie est « une chose politique » qu’il faut encadrer, « de la même manière qu’on a instauré des règles sur le social ».

« Je suis toujours énervé ». François Ruffin le reconnaît aisément : quand il parle de « ses trucs à lui », il parle avec ses tripes. Alors, entre la lutte des classes et les questions écologiques, il s’emporte. Et fustige le manque de mesures prises par le gouvernement pour combattre efficacement la crise climatique.

S’il juge la COP 25, qui se clôture ce vendredi à Madrid, « pas très intéressante », il n’omet pas pour autant la problématique environnementale qui reste, pour le député La France Insoumise de la Somme, journaliste et militant, une « chose politique ». Comme Jean-Luc Mélenchon, il appelle même « les Verts et les Rouges » à faire fronde commune autour d’un «front populaire écologique». Il explique à 20 Minutes son projet où « protection sociale et protection de l’environnement vont de pair ».

Les actes de désobéissance civile, côté écolo, se multiplient et rejoignent parfois ceux des « gilets jaunes ». Est-ce que l’on se rapproche, peu à peu, du fameux « front populaire écologique » auquel vous appelez ?

C’est sûr, il nous faut constituer un nouveau bloc historique. On n’y est pas. Aujourd’hui, pour être clair, il y a eu un divorce entre la gauche et la classe populaire. Donc il faut réussir à recoller les morceaux. Mais ça ne va pas de soi. Les classes populaires se sont éloignées de la gauche depuis trente ans parce qu’elles étaient contre la mondialisation, et que la gauche du gouvernement accompagnait cette mondialisation. Un fossé s’est donc creusé. Mais avec Nicolas Hulot et un certain nombre d’autres qui ont remis en cause cette mondialisation, nous avons désormais un terreau commun pour reconstruire autre chose. Le « front populaire écologique » dont je parle est donc une proposition de traduction politique qui dit que des liens doivent se tisser entre les Verts et les Rouges.

Vous affirmez que nous devons repenser notre imaginaire, notamment en privilégiant les liens plutôt que les biens. Qu’entendez-vous par là ?

Le climat est source d’angoisse. Maintenant, comment transformer l’angoisse en espérance ? J’y vois une chance de redéfinir un sens à notre existence. Indépendamment de la crise climatique, il y a une usure du monde, aujourd’hui. Quand on dit croissance, concurrence, mondialisation aux gens, c’est fini, ils n’espèrent plus ça. Il y a un désir d’autre chose dans la société française.

Depuis des millénaires, surtout pendant l’après-guerre, la croissance participait au bonheur. Mais on voit que dans les pays développés, en particulier en France, à partir de 18.000 ou 22.000 euros par personne, la croissance ne produit plus de supplément de bonheur. Ça veut dire que si on veut progresser, c’est sur autre chose que ça se joue. Et je pense que ça se joue sur les liens. Sur la qualité des relations qu’on a avec ses cousins, ses voisins, ses collègues… Et pour ça, il faut garantir un statut et un revenu aux métiers du lien. Ça, ça serait le marqueur d’un basculement écologique vers une société des liens plutôt qu’une société des biens.

Il y a mille écologies possibles. Il y a des choix qui sont opérés quotidiennement, mais il y a aussi des choix clivants. »

Dans votre livre, Il est où le bonheur*, vous citez cette phrase : « Il est temps de mettre vos différends politiques et sémantiques de côté ». Pourquoi ces mots vous ont-ils autant marqué ?

Ces mots ont été prononcés lors de la venue de Greta Thunberg à l’Assemblée nationale. Le même jour, il y a eu le vote du CETA… Pour moi, à ce moment-là, il n’était donc pas possible de mettre mes différends de côté ! Car, ça n’est pas vrai qu’au nom de l’écologie, on va tous se rassembler parce qu’on serait tous sur la même planète et tous sur le même bateau. Il ne peut pas y avoir de consensus de la classe politique au nom de l’écologie. Je le rappelle : les 10 % les plus riches, en France, émettent huit fois plus de gaz à effet de serre que les 10 % les plus pauvres. Il y a des riches qui, aujourd’hui, se préparent à un exil climatique. On ne peut pas mettre nos différends de côté, tout simplement parce que l’écologie est une chose politique.

Vous dites, justement, que « les verts et les rouges doivent s’unir » sans mentionner les autres partis politiques. Mais l’écologie ne devrait-elle pas être apartisane ?

Il y a différentes écologies. Par exemple, il y a une écologie qui va parier sur la technologie, en affirmant que c’est cette technologie qui va nous sauver. Moi, je crois que c’est un élément de la réponse mais qu’il doit aussi y avoir des changements sociaux. Car ça ne suffit pas de dire qu’on est pour l’écologie. On est pour quelle écologie ? Moi je suis pour une rupture. Oui, on recycle un peu les déchets. Mais ce n’est pas ça qui va régler le problème. Je ne crois pas que ces aménagements à la marge vont suffire.

François Ruffin dans le studio de «20 Minutes», le 4 décembre 2019.
François Ruffin dans le studio de «20 Minutes», le 4 décembre 2019. - Emilie Petit/20 Minutes

Je suis pour consommer moins, et répartir mieux. Et je veux aussi qu’il y ait une décence commune. Qu’il y ait une possibilité de se soigner, d’éduquer ses enfants, de se loger et de vieillir dignement. Car protection sociale et protection de l’environnement vont de pair. Il y a mille écologies possibles. Il y a des choix qui sont opérés quotidiennement, mais il y a aussi des choix clivants. C’est pourquoi je ne crois pas qu’on arrivera à un consensus autour de l’environnement, et je suis très dubitatif sur une écologie apartisane.

Donc, le fait que le Parlement européen ait déclaré l’urgence climatique, le 28 novembre dernier, ne change rien, selon vous ?

C’est une excellente chose qu’on prenne toutes les mesures symboliques possibles. Mais le même jour, le Parlement européen a opté pour le «panel hormones» qui est la possibilité de doubler les importations de viande bovine en provenance des Etats-Unis, y compris des viandes nourries aux farines animales et à la litière de volaille. Le même jour, on vote l’urgence climatique ? On l’a fait voter aussi au Parlement français. Mais est-ce que ceux qui votent sont prêts à prendre des mesures en conséquence, et à rompre avec ce libre-échange qui nous amène dans la tombe ?

Dans votre livre, vous pointez du doigt « ces hommes et ces femmes venus des Verts et passés au macronisme ». Mais, de la même manière, on ne peut pas dire que vous êtes un écologiste de la première heure…

Le seul groupe politique que j’ai fréquenté quand j’étais jeune s’appelait Alternative rouge et verte (AREV). Et l’un des combats structurants pour moi, c’est l’élevage des animaux. Dans un bouquin qui s’appelle Leur grande trouille : journal intime de « mes pulsions protectionnistes », je consacre une partie d’un chapitre au rôle néfaste du libre-échange pour la planète. Là, ça émerge à l’intérieur d’un livre de manière structurée, mais ce n’est pas comme si je n’avais jamais parlé d’écologie. Je n’abandonne pas pour autant la lutte des classes, car je pense qu’elle existe, y compris sur le terrain de l’environnement. Mais l’écologie a été très fortement présente dans tout mon parcours intellectuel. Et puis, il y a une résurgence de ça parce que j’ai deux gosses. A la limite, ma vie, tant pis, c’est fini. Mais quel monde de merde je vais laisser à mes enfants ?

De la même manière qu’on a instauré des règles sur le social, on doit instaurer, aujourd’hui, des règles sur l’écologie ».

Vous dites qu’il faut légiférer, mais vous êtes contre l’écologie punitive. Comment faire pour l’éviter ?

Je ne parle pas d’écologie punitive mais de règles. S’il s’agit d’encadrer les possibilités des multinationales de polluer librement, et bien, oui, il faut légiférer là-dessus. Il faut réglementer et ne pas permettre ce qui est recommandé. En l’occurrence, aujourd’hui, on recommande aux industries polluantes d’aller s’installer dans les pays du sud. Donc, oui, je suis pour des règles. Et de la même manière qu’on a instauré des règles sur le social, on doit instaurer, aujourd’hui, des règles sur l’écologie. Mais ça ne suffira pas, de légiférer. Il va falloir qu’il y ait une volonté populaire, aussi. Peut-être qu’il y a un certain nombre d’améliorations qu’on peut faire accepter aux plus riches, mais ils ne seront pas pour signer tous les accords. Donc il nous faut changer de direction et appuyer sur les freins.

Face à ce constat, assez pessimiste et peu réjouissant, n’avez-vous pas, parfois, envie de baisser les bras ?

Tous les matins, c’est difficile. Même avant d’être député. Comment ne pas se laisser gagner par le découragement ? Mais on ne peut pas se contenter d’un diagnostic général qui dit que ça va mal. On a compris que ça allait mal. Maintenant, quelles sont les solutions qu’on pose ? Mon adversaire, c’est la finance. Mais c’est surtout l’indifférence. Et comment sortir les gens de l’indifférence ? Il faut qu’on réussisse à inventer autre chose. Je crois que notre pays est quand même habité par une espérance. Et c’est cet espoir-là qui continue à me faire me lever le matin.

 Il est où, le bonheur » (publié le 6 novembre, Ed. Les liens qui libèrent, 14 euros)