Zimbabwe : Les splendides chutes Victoria réduites à un simple courant d'eau à cause de la sécheresse

ENVIRONNEMENT Le 2 décembre dernier, le débit moyen de la majestueuse cascade a atteint 227 mètres cubes par seconde alors que son record le plus bas était jusqu'alors de 390 mètres cube

20 Minutes avec agence

— 

Zimbabwe: Les chutes Victoria réduites à un courant d'eau à cause de la sécheresse — 20 Minutes

Les chutes Victoria, dont la hauteur et l’impressionnant débit attirent des visiteurs du monde entier, voient actuellement leur courant bien plus réduit. La vague de sécheresse qui frappe en ce moment le Zimbabwe est la plus forte enregistrée dans le pays, depuis un siècle. La majestueuse cascade perd toujours un peu plus de sa superbe au moment de la saison sèche. Mais le phénomène est sans précédent cette année, rapporte The Guardian.

« C’est la première fois qu’on la voit comme ça », témoigne Dominic Nyambe, vendeur d’objets artisanaux sur place. Les chutes Victoria, de 100 mètres de hauteur, sont bien loin de créer le nuage d’eau de 400 mètres qui se forme normalement seulement par la force du débit de l’eau. Ce dernier atteignait une moyenne de 227 mètres cubes par seconde le 2 décembre, indiquent les autorités du fleuve Zambèze citées par BFMTV. Jusqu’alors, le chiffre le plus bas jamais enregistré était de 390 mètres cubes en 1995.

La faute au réchauffement climatique ?

Grâce aux réseaux sociaux, la situation est connue des touristes et les visiteurs se font plus rares sur le site, situé à la frontière du Zimbabwe et de la Zambie. Mais beaucoup s’inquiètent de l’assèchement du fleuve Zambèze. Il s’agirait d’un « brutal rappel de ce que les changements climatiques font à notre environnement », estime le président de la Zambie, Edgar Lungu.

Pour certains scientifiques, le constat est cependant prématuré. « Il est parfois difficile de dire si c’est à cause des modifications climatiques, car il y a toujours eu des sécheresses, analyse Harald Kling, ingénieur hydrologue. Si elles deviennent plus fréquentes, alors on peut commencer à dire : "OK, c’est à cause du changement de climat" ».