Climat : La situation s’améliore dans certains Etats, d’autres doivent mieux faire

RECHAUFFEMENT Selon un rapport de Germanwatch et de Climate Action Network (CAN), 31 des 57 pays responsables de 90 % des gaz à effet de serre mondiaux ont vu leurs émissions baisser

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration d'une cheminée et d'une pollution de l'air au couchant
Illustration d'une cheminée et d'une pollution de l'air au couchant — Johannes Plenio/Pixabay

Si plusieurs pays ont réussi à diminuer leurs émissions de gaz à effet de serre en 2018, d’autres doivent mieux faire, comme les Etats-Unis, révèle le rapport « Climate change performance index » de Germanwatch et de Climate Action Network (CAN), publié ce mardi à l’occasion de  la COP25 à Madrid.

Selon ce rapport, 31 des 57 pays responsables de 90 % des gaz à effet de serre mondiaux ont vu leurs émissions baisser. En revanche l’Australie, l’Arabie Saoudite et les Etats-Unis, notamment, sont des sources de « grande inquiétude » en raison de leurs faibles performances en termes d’émissions et de leurs politiques climatiques, explique le communiqué.

Aucun pays compatible avec l’accord de Paris

La Suède est en quatrième place de ce classement qui mesure les performances des pays en termes de protection du climat, devant le Danemark. La Chine, premier émetteur mondial, arrive en 30e position. L’Union européenne arrive à la 22e position. Pour la première fois, les Etats-Unis ont remplacé l’Arabie Saoudite à la dernière place. Les trois premières places du classement restent vides, aucun Etat ne menant une politique compatible avec l’Accord de Paris qui prévoit de contenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2°C.

L’indice « montre les signes d’un tournant mondial en termes d’émissions, avec une réduction de la consommation de charbon », explique Ursula Hagen de Germanwatch. « Mais plusieurs grands pays continuent à résister à cette tendance, au premier rang desquels les Etats-Unis. »

Le gaz naturel, loin d’être « propre »

Le Climate action tracker (CAT), qui évalue les engagements de 36 pays comptant pour 80 % des émissions, avertit dans un autre rapport que les promesses actuelles des gouvernements restent insuffisantes au regard de l’Accord de Paris. Elles mèneraient à +2,8°C d’ici 2100, selon le CAT. « Nous ne voyons pas le type d’actions qu’on attendrait de gouvernements face à une crise climatique », juge Niklas Höhne, de l’organisation NewClimate Institute, cité dans un communiqué.

Le charbon continue de jouer un rôle important dans la politique énergétique de certains pays, s’inquiète le CAT, qui pointe du doigt la Chine, le Japon et la Corée du Sud. Le rapport s’inquiète aussi que le gaz naturel soit présenté comme « propre » alors que la consommation de cette énergie fossile produit des gaz à effet de serre. Point positif, la capacité installée des énergies renouvelables a doublé en dix ans et devrait augmenter de 50 % au cours des cinq prochaines années.