Pas-de-Calais : Plusieurs attaques de brebis font resurgir le spectre du loup

LEGENDES URBAINES Une dizaine d’ovins ont été retrouvés morts, tués par un animal non identifié

Mikaël Libert

— 

Alors, loup ou pas loup dans le Pas-de-Calais?
Alors, loup ou pas loup dans le Pas-de-Calais? — SANTUCCI / ZEPPELIN/SIPA
  • Une vingtaine de brebis ont été tuées en quelques jours dans le Pas-de-Calais.
  • Les autorités écartent la thèse du loup pour deux des trois attaques.
  • Pour la dernière en date, on évoque un « grand chien » sans exclure le loup.

Quand c’est flou, y’a peut-être un loup. Au mois de novembre dernier, les troupeaux de trois éleveurs de brebis du Pas-de-Calais ont subi des attaques. En tout, une vingtaine de bêtes ont été tuées par un animal qui n’a pas encore été clairement identifié. Alors que les autorités évoquent un « grand canidé », l’ombre du loup plane sur nos campagnes.

Les premiers faits remontent au 8 novembre, sur la commune de Rebreuve-Ranchicourt, près de Béthune. Un éleveur a découvert une dizaine de ses brebis mortes dans une pâture. Nul doute que l’attaque est le fait d’un animal, reste à savoir lequel. Pour les autorités, il s’agit d’un canidé. « Probablement des chiens », affirme la préfecture du Pas-de-Calais, précisant que l’hypothèse du loup « est exclue ».

Des blessures similaires à chaque fois

Quelques jours plus tard, le 14 novembre, une seconde attaque a eu lieu à Créquy, toujours dans le Pas-de-Calais. Là, ce sont trois brebis que leur propriétaire a retrouvées égorgées. Des similitudes avec les blessures infligées aux bêtes lors de la première attaque sont constatées. Par ailleurs, la distance séparant les deux endroits n’est que d’une quarantaine de kilomètres à vol d’oiseau.

Notre dossier Loup

Les derniers faits ne datent que du 20 novembre, et se situent à Nabringhen, à moins de quarante kilomètres au Nord de Créquy. Cette fois, six brebis ont été tuées. Et c’est exactement le même scénario qui s’est répété. Une coïncidence qui se répète n’est plus une coïncidence.

Un « grand chien » sans exclure le loup

Depuis, plus rien. La gendarmerie a confirmé à 20 Minutes qu’aucune autre attaque de ce type n’avait été signalée depuis. Les investigations sur les trois faits établis sont dirigées par Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS). Les agents ont, notamment, relevé des empreintes de pattes sur les lieux laissant penser à un « grand canidé ». Des analyses d’ADN ont été lancées sur des prélèvements de « selles recueillies à proximité », assure la préfecture, ajoutant « qu’il faudra attendre plusieurs mois pour avoir un résultat ».

Toutefois, si les autorités écartent l’hypothèse d’un loup pour les premières attaques, elles sont moins catégoriques pour celle de Nabringhen. Celle-ci est qualifiée de « douteuse » et la préfecture avance « possibilité d’un grand chien sans pouvoir exclure d’emblée le loup. »