VIDEO. Belgique : Naissance d’un rhinocéros blanc, espèce protégée, à Pairi Daiza

CARNET ROSE Une seconde naissance de ce rhinocéros protégé est prévue d’ici à la fin d’année au parc Pairi Daiza, en Belgique

Gilles Durand

— 

Le petit rhinocéros blanc du Sud, né à Pairi Daiza, le 25 novembre 2019.
Le petit rhinocéros blanc du Sud, né à Pairi Daiza, le 25 novembre 2019. — Pairi Daiza

Il est né le 25 novembre et se porte bien. Un petit rhinocéros blanc mâle a pointé le bout de sa corne au parc belge Pairi Daiza, près de Mons. La naissance remonte à lundi dernier, mais l’équipe de Pairi Daiza a préféré attendre une semaine pour annoncer l’heureux événement. « Comme c’est le cas avec tous les animaux, les premiers jours sont sensibles », explique le parc, dans un communiqué.

La maman, prénommée Madiba, est en pleine forme, tout comme le fiston. Une seconde mise bas est espérée avant la fin d’année. L’autre femelle rhino, Elie, est en effet enceinte jusqu’à la cuirasse. « Ces grossesses sont naturelles et la période de gestation court entre 16 et 18 mois », précise le parc qui prend part au Programme européen pour les espèces menacées.

Victime du braconnage

Le rhinocéros blanc du Sud a échappé de peu à l’extinction complète en milieu naturel, au cours du XXe siècle, quand il ne restait plus que quelques centaines d’individus. Grâce à la protection et la surveillance de ses territoires naturels, le nombre de spécimen atteignait, en 2015, environ 20.000 individus.

Néanmoins, sur les dix dernières années, plus de 7.000 rhinocéros blancs du Sud ont été abattus, victimes du braconnage, à cause d’une croyance farfelue qui veut que la corne, sans doute à cause de sa forme symbolique, soit aphrodisiaque. Or, réduite en poudre, ça ne vaut rien. La composition d’une corne est la même qu’un cheveu ou un ongle.

Néanmoins, ces pratiques de braconnage ont presque scellé le sort du rhinocéros blanc du Nord, dont le dernier spécimen mâle est mort l’an dernier. Il ne resterait que deux femelles.