Des escargot ampullaires capturés.
Des escargot ampullaires capturés. — CAVEM

BIODIVERSITE

Var : Un escargot originaire d’Amérique du Sud menace la biodiversité

Un escargot lampullaire menace la biodiversité depuis que sa présence a été détectée dans une retenue d’eau à Fréjus, dans le Var

  • La présence d’un escargot ampullaire, originaire d’Amérique du Sud, a été détectée dans une retenue d’eau dans le Var.
  • Sa présence inquiète puisque à cause de sa rapide prolifération, il menace la biodiversité locale.
  • Des mesures ont déjà été prises, une vidange de la retenue est prévue en mars.

Un escargot menace la biodiversité varoise. L’ampullaire, un escargot originaire d’Amérique du Sud, a été détecté dans une retenue d’eau sur la commune de Fréjus, dans le Var. Sa présence est scrutée de très près puisqu’il se reproduit très rapidement. Sa présence a notamment très fortement impacté les rizicultures de la région du delta de l’Ebre en Espagne. 20 Minutes vous explique tout sur cette petite bête.

D’où vient cet escargot ?

L’ampullaire est un escargot originaire d’Amérique du Sud, il s’agit d’un escargot aquatique qui apprécie donc les zones humides. « Cet animal est très apprécié des aquariophiles, il est notamment utilisé pour nettoyer les aquariums parce qu’il mange la végétation. Il ne peut pas se reproduire dans les aquariums, mais il grossit. Et c’est dans ces cas-là que les aquariophiles s’en débarrassent parfois », explique Fabrice Figuet-Albin qui travaille au sein de la Communauté d’agglomération Var Estérel Méditerranée (CAVEM). Leur première suspicion serait qu’un aquariophile, voulant se débarrasser de l’animal, l’ait libéré dans la retenue.

Les œufs des escargots ampullaires très reconnaissable à leur couleur rose.
Les œufs des escargots ampullaires très reconnaissable à leur couleur rose. - CAVEM

Comment et ou sa présence a été détectée ?

Sa présence a été détectée en juin 2018 dans une retenue d’eau en amont du barrage Saint-Esprit, un barrage à ralentissement dynamique conçu pour ralentir les crues sur la commune de Fréjus, dans le Var. « Ce sont les pêcheurs à qui nous avions concédé le droit de pêche qui ont repéré des œufs et ont prévenu les services de la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (Draaf) de Provence-Alpes-Côte d’Azur », explique Fabrice Figuet-Albin. Si l’animal est très difficile à repérer, ses œufs de couleurs rose vif sont facilement visibles, c’est ce qui a alerté les pêcheurs. Des analyses ont ensuite confirmé sa présence en juillet 2018.

Quelle menace pour la biodiversité ?

Cet escargot est une espèce invasive en milieu humide. « Son caractère polyphage et sa capacité à se reproduire rapidement en fait un genre particulièrement invasif. Libéré dans l’environnement, il peut occasionner d’importants dégâts sur les cultures irriguées comme la riziculture et les milieux naturels, notamment sur la végétation aquatique et rivulaire des zones humides », préviennent les services de la préfecture.

C’est surtout sa capacité à pondre des dizaines d’œufs sur des tiges de végétation, avant de tomber dans l’eau, qui font redouter des conséquences importantes sur la biodiversité. « Il consomme tous les végétaux ce qui détruit l’écosystème pour les autres animaux présents sur la retenue qui perdent à la fois leur habitat et leur nourriture », explique Fabrice Figuet-Albin.

Sa présence dans le delta de l’Ebre en Espagne a notamment eu de graves conséquences sur les rizicultures, et devant l’importance du phénomène, les autorités ne sont pas parvenues à éradiquer sa présence.

Quelles mesures pour limiter sa présence ?

Le caractère même de la retenue d’eau devrait permettre de limiter sa prolifération. « Il s’agit d’une retenue fermée, il n’y a donc pas de communication avec d’autres cours ou retenue d’eau. Même en aval, nous atteignons très rapidement la mer et cet escargot n’apprécie pas l’eau salée », avance Fabrice Figuet-Albin. Deux agents ont néanmoins récupéré des milliers d’œufs tout au long de la période de ponte, du printemps à l’automne, afin de limiter sa propagation.

« Toujours dans le but d’éviter la propagation de l’Ampullaire, la ville de Fréjus a pris un arrêté municipal interdisant l’accès au site. La retenue a été intégralement balisée et un affichage a été installé sur son pourtour pour informer les riverains et les usagers », explique la préfecture. Elle appelle à la plus grande prudence, il ne faut surtout pas s’approcher de la retenue d’eau. Un simple œuf collé sous sa chaussure pourrait contaminer d’autres plans d’eau.

Surtout, une vidange de la retenue d’eau est programmée pour le début du printemps prochain. « Il s’agit d’une solution basique, dès lors que l’on enlève l’eau l’escargot ne peut plus vivre. Nous avons obtenu l’autorisation préfectorale à la fin du mois d’octobre pour la vidange qui devrait débuter au mois de mars. Nous ne voulons pas le faire en hiver puisque les tortues cistudes présentes dans la retenue pourraient être déboussolées. Alors qu’au printemps, nous pouvons les déplacer vers un autre endroit », détaille Fabrice Figuet-Albin. Cette solution avait permis d’éradiquer la présence de l’escargot en Suisse.