«Youth for climate»: Qui sont ces jeunes lycéens qui militent pour la planète ? — 20 Minutes

ENGAGES

VIDEO. «Youth for climate»: Comment fonctionne ce mouvement de lycéens qui militent pour la planète ?

Lycéens pour la plupart, les membres de « Youth for climate » militent pour le climat avec des actions de désobéissance civile 

  • Le 29 novembre, Youth for climate France a prévu plusieurs actions pour « dénoncer la surproduction et la surconsommation ».
  • Le mouvement mondial Youth for climate s’est formé au début de l’année 2019, à peine quatre mois après la première journée de grève scolaire de la jeune suédoise Greta Thunberg.
  • Composé d’une majorité de lycéens mais aussi de quelques étudiants et collégiens, le mouvement se veut anti-consumériste et non violent.

Ils sont anxieux pour leur avenir, et ils le font savoir. En février dernier, puis en mars et en septembre, des milliers de lycéens ont déferlé dans les rues de France et du monde entier pour manifester pour le climat, sous la bannière du mouvement Youth for climate, entre autres.

Le 29 novembre, ils ont prévu de ressortir leurs pancartes pour « dénoncer la surproduction et la surconsommation » à l'occasion du Black Friday, également journée de grève mondiale pour le climat.

Aider « autrement qu’en manifestant »

C’est début 2019 que le mouvement Youth for climate s’est réveillé. Quatre mois plus tôt, la jeune Greta Thunberg avait entamé sa première journée de grève scolaire, qui deviendrait bientôt hebdomadaire.

En France, les Youth for climate ont commencé à se regrouper en avril dernier, après la première mobilisation mondiale pour le climat  du 15 mars qui avait réuni plus de deux millions de personnes partout dans le monde. « J’ai manifesté pour la première fois le 22 février, se souvient Alexis, 15 ans, membre de Youth for climate Ile-de-France. J’y suis allé tout seul, cette fois-là. C’était assez impressionnant. Le 15 mars, j’y suis retourné avec des amis, et au fur et à mesure, je me suis dit que je pourrais aider autrement qu’en manifestant. »

Un mouvement anti-consumériste et non violent

Connectés en permanence sur la plateforme de VoIP, Discord, pour définir les actions à mener, les membres de Youth for climate s’organisent. « Nous avons plein de groupes de travail différents, notamment concernant la communication sur les réseaux sociaux, la presse, les finances et même l’organisation interne », énumère Alexis. Une organisation horizontale, car chez Youth for climate, il n’y a pas de chef.

Composé d’une majorité de lycéens mais aussi de quelques étudiants et collégiens, le mouvement se veut anti-consumériste et non violent. Des principes actés à l’occasion de leur 3e Congrès national qui s’est tenu à Grenoble, du 28 octobre au 2 novembre, et déjà présents au sein de la charte de Lausane signée au mois d’août. « Ça a été très fort en émotion, raconte Julie, 18 ans, engagée pour Youth for climate. Nous avons réussi à acter des objectifs et des principes, comme sauver et préserver l’environnement, ainsi que les conditions de vie de tous les êtres vivants de la planète ».

« On est tous anxieux pour notre avenir »

Réunis à l'appel de Greta Thunberg, les jeunes membres de Youth for climate savent de quoi ils parlent. S’appuyant sur les rapports du Giec – « très inquiétants », analyse Julie – ils s’insurgent contre l’inaction gouvernementale. « Il est bientôt trop tard pour changer, s’alarme Alexis. Et si le système ne change pas maintenant, moi, ma génération, mes enfants, nous verrons peut-être des dictatures vertes arrivées parce qu’il faudra faire des changements rapidement. Je n’ai pas envie de vivre ça. »

Le 29 novembre, ils ont donc prévu des actes de désobéissance civile, partout en France, à l’image de leurs grands frères de Extinction Rebellion. « On est tous anxieux pour notre avenir mais moi, ma colère, ça me motive aussi à aller toujours plus loin dans mon engagement. Je reste assez optimiste malgré tout », assure Julie.