Côtes d’Armor : Un militant anti chasse à courre poursuivi par une élue pour diffamation

JUSTICE La vice-présidente du conseil départemental Véronique Méheust attaque un membre de l'association Forest Keepers

C.A.

— 

Illustration d'un homme pratiquant à la chasse à courre, ici à Amboise.
Illustration d'un homme pratiquant à la chasse à courre, ici à Amboise. — A. Jocard / AFP

Le vif débat autour de la chasse à courre va se poursuivre sur le terrain judiciaire. Dimanche soir, l’association Forest Keepers Bretagne a fait savoir qu’un de ses membres était mis en examen dans une affaire de diffamation. La justice enquête sur des propos tenus par un de ses militants au sujet de la vice-présidente du conseil départemental des Côtes d’Armor Véronique Méheust. L’association avait notamment accusé l’élue de « confondre responsabilités politiques et intérêts personnels ». Cette dernière a porté plainte.

Le litige porte sur l’organisation d’une chasse à courre dans la forêt d’Avaugour Bois-Meur. Propriété du conseil départemental, l’espace accueille régulièrement le rallye d’Avaugour, une société locale de chasse. Depuis plusieurs mois, des membres de l’association Forest Keepers s’invitent dans la forêt pour perturber l’activité des chasseurs. Ce fut encore le cas samedi, sous l'œil des gendarmes. Les tensions ont été ravivées par la mort d'Elisa Pilarski dans l'Aisne, dévorée par des chiens. Son compagnon accuse la meute de chasse à courre de s’en être pris à sa compagne.

L’élue bretonne, adepte de la chasse à courre

La chasse à courre est de nouveau autorisée dans cette forêt depuis 2015, sous l’impulsion de Véronique Méheust, en sa qualité de vice-présidente du conseil départemental en charge de l’environnement.

Les opposants dénoncent « un conflit d’intérêts », en raison de la proximité de l’élue avec les sociétés organisatrices. Cette dernière est en effet une adepte de la chasse à courre qu’elle pratiquait au sein du rallye d’Armor, spécialisé dans la traque du cerf.