Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
ENVIRONNEMENTPlus de 250 espèces de plantes menacées par la déforestation en Guadeloupe

Guadeloupe : Plus de 250 espèces de plantes menacées par la déforestation

ENVIRONNEMENT
La Guadeloupe subit le plus fort taux de déforestation de tout l’outre-mer
La fougère Cyathae, espèce « en danger critique » en Guadeloupe.
La fougère Cyathae, espèce « en danger critique » en Guadeloupe. - Chameleons Eye/Shutters/SIPA
20 Minutes avec agences

20 Minutes avec agences

Plus de 250 espèces de la flore de Guadeloupe sont actuellement menacées, notamment par la déforestation. « Au moins cinq espèces ont déjà disparu, 256 sont menacées et 110 autres sont quasi menacées », selon une enquête publiée ce jeudi par le Comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN).

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Des actions ciblées nécessaires pour protéger la flore

Le Courbaril, un arbre trouvé surtout en Basse-Terre, est désormais classé « vulnérable ». Le palmier Dendé ou Glouglou et la fougère arborescente Cyathea sont en « danger critique ». Le patrimoine naturel de la Guadeloupe subit un taux de déforestation particulièrement élevé, le plus fort de tout l’outre-mer.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

D’autres espèces subissent une « exploitation ciblée pour leurs propriétés ornementales ou médicinales ou pour leur bois » comme le Gaïac, un petit arbre résineux. Elles sont aussi menacées par les bovins et les caprins domestiques laissés en liberté. En tout, 15 % la flore vasculaire indigène est menacée. Pour éviter leur disparition, « un renforcement des protections et le déploiement d’actions ciblées » sont essentiels, selon les auteurs de l’enquête.

Sujets liés