Malawi : Dix-sept rhinocéros noirs sud-africains déplacés pour réintroduire l’espèce

ANIMAUX Equipés d’une balise GPS, les pachydermes seront surveillés au quotidien

20 Minutes avec agences

— 

Illustration d'un rhinocéros noir
Illustration d'un rhinocéros noir — NEWMAN MARK/SIPA

Dix-sept rhinocéros noirs vivant en Afrique du Sud ont été déplacés ce lundi dans le cadre d’un plan visant à réintroduire cette espèce en Afrique du Sud. Après huit heures de route, ils ont été libérés dans le parc national Liwonde, dans le sud du Malawi.

« Il s’agit d’une des plus grandes réintroductions internationales de rhinocéros noirs, » a déclaré un responsable du parc sud-africain d’où viennent les bêtes. L’espèce avait disparu du Malawi il y a une quarantaine d’années.

Le braconnage, responsable de la disparition de l’espèce

L’opération a été effectuée en liaison avec le Fonds mondial pour la nature (WWF) et les gouvernements du Malawi et d’Afrique du Sud. Elle permettra de renforcer la population de rhinocéros, disparue du Malawi en 1981 avant la réintroduction de quatre bêtes en 1993. Les autorités ont refusé de donner un chiffre de la population actuelle de rhinocéros dans le pays, pour des raisons de sécurité.

Les rhinocéros seront équipés d’une balise GPS et seront surveillés par avion et grâce à des patrouilles quotidiennes. Dans le parc Liwonde, des soldats britanniques forment des rangers qui sont ensuite chargés de la lutte contre les braconniers. Cette activité illégale est alimentée par la demande de cornes de rhinocéros venant d’Asie. Au marché noir, le kilo de corne de rhinocéros se vend jusqu’à 55.000 euros

Autrefois nombreux en Afrique subsaharienne, les rhinocéros noirs ont d’abord été victimes de chasseurs européens blancs, puis d’une vague d’attaques de braconniers qui les a décimés. En 1993, il en restait 2.475, selon le WWF. Grâce aux efforts des organisations de défense de la nature, la population est estimée à 5.000 environ.