Bretagne : Deux plaintes déposées contre Amazon et eBay pour vente illégale de pesticides

ENVIRONNEMENT L’association Eau et Rivières de Bretagne attaquent les deux géant du Web

Jérôme Gicquel

— 

Illustration du Roundup, le célèbre désherbant à base de glyphosate de Monsanto.
Illustration du Roundup, le célèbre désherbant à base de glyphosate de Monsanto. — ALLILI MOURAD/SIPA
  • Eau et Rivières de Bretagne vient de déposer plainte contre Amazon et eBay.
  • L’association reproche aux deux géants du Web de vendre illégalement des produits à base de glyphosate sur leurs plateformes.
  • Ces pesticides de synthèse sont pourtant interdits aux particuliers depuis le 1er janvier 2019 sur le sol français.

On trouve vraiment de tout sur Amazon et eBay. Même des produits pourtant interdits à la vente en France. Les deux géants du Web se retrouvent ainsi dans le viseur de l’association Eau et Rivières de Bretagne qui a déposé plainte contre X courant octobre dans les Côtes-d’Armor pour vente illégale de produits phytosanitaires destinés à des particuliers.

D’un simple clic, les membres de l’association ont réussi à se procurer des désherbants contenant du glyphosate comme du Roundup, du Barbarian Super ou du Garlon Star. Depuis le 1er janvier 2019 et l’entrée en vigueur de la loi Labbé, il est pourtant interdit aux particuliers d’acheter, d’utiliser et de stocker ces pesticides de synthèse. Malgré cela, « il est très facile de s’en procurer en ligne », déplore Dominique Le Goux, chargée de mission pesticides et santé au sein de l’association environnementale.

« Comme si on trouvait des armes sur ces plateformes »

Les produits incriminés ont été achetés auprès de vendeurs installés en Grande-Bretagne et en Espagne. Mais ce sont bien les multinationales Amazon et eBay qui sont ciblées par Eau et Rivières de Bretagne. « Il faut qu’elles contrôlent ce qu’elles vendent, souligne Brieuc Le Roch, juriste de l’association. C’est comme si on trouvait des armes sur ces plateformes ».

Au printemps, Eau et Rivières de Bretagne avait déjà mis en garde Amazon contre la vente de ces produits interdits. « Il y a eu un peu de ménage de fait mais les annonces sont ensuite revenues », assure Brieuc Le Roch. Contacté par 20 Minutes, le géant du commerce en ligne assure que « le produit en question a été supprimé » et que des équipes dédiées veillent à ce « que des produits interdits n’aient pas leur place » sur le site. « Nous prenons des mesures contre ceux qui enfreignent nos politiques, notamment en supprimant leurs privilèges de vente », assure Amazon.

Plusieurs plaintes déjà déposées

Eau et Rivières de Bretagne n’en est pas à sa première plainte déposée concernant la vente ou la promotion de pesticides. « Entre dix et quinze plaintes sont en cours », indique Brieuc Le Roch, qui espère ainsi « alerter les autorités » et envoyer « ces délinquants environnementaux devant les tribunaux ».

En octobre 2018, la société d’outillage et de jardinage Shopix avait été condamnée après une plainte déposée par l’association pour avoir fait la promotion dans ses catalogues d’un désherbant à base de glyphosate.