Montpellier : Pourquoi ces habitants sèment fleurs et arbustes par milliers ?

ECOLOGIE Depuis trois ans, mille habitants ont choisi de reverdir leur environnement, à l’initiative de la ville qui fournit les bacs, le terreau et certains arbustes

Jérôme Diesnis

— 

Murs, bacs ou bases des arbres reçoivent des arbustes ou des fleurs un peu partout en ville.
Murs, bacs ou bases des arbres reçoivent des arbustes ou des fleurs un peu partout en ville. — Ville de Montpellier

Yoko Hayot imagine un autre monde, plus vert. Cette habitante du quartier Boutonnet est devenue la millième montpelliéraine à posséder le permis de végétaliser. Un certificat délivré par la mairie de Montpellier. Laquelle a décidé, il y a trois ans, de reverdir la ville avec l’aide des habitants. « Boutonnet est un quartier des années 1960, agréable mais un peu triste. Alors, avec mon mari, nous avons choisi de faire pousser un jasmin, reprend-elle. C’est un geste écologique. Et c’est plus agréable que le tag que nous avons découvert un jour sur notre mur ».

Habitante du quartier Boutonnet, Yoko Hayot est la millième montpelliéraine à recevoir son permis de végétaliser
Habitante du quartier Boutonnet, Yoko Hayot est la millième montpelliéraine à recevoir son permis de végétaliser - Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse

Ils sont un millier à avoir fait cette démarche. Avec des résultats parfois spectaculaires, comme rue de la Méditerranée ou rue Marioge, aux Arceaux. « A notre niveau, nous avons eu aussi envie d’améliorer l’espace public », soulignent Marion et Jean-Marc, qui ont opté pour des bacs. « Embellir la ville », comme le suggère Béatrice Randon, qui va faire pousser un chèvrefeuille à Figuerolles. « Masquer la vue sur les poubelles », souligne Marie-Christine, habitante de Gambetta. Chacun sa motivation… « J’ai vu beaucoup d’immeubles végétalisés dans le quartier. Alors pourquoi pas le nôtre ? », interroge François Peters, au Pont Juvénal, qui « salue cette initiative. »

Le succès du jasmin étoilé

La ville met en place trois solutions. Elle offre de gros bacs et fournit billes d’argile et terreau. Elle propose de nettoyer la base des arbres en les aménageant. Dans ces deux cas, les fleurs sont à la charge des particuliers. La proposition qui rencontre le plus de succès est le carottage au niveau du trottoir pour y planter des arbustes grimpants (fournis, cette fois). Une fois obtenu l’accord du propriétaire du mur.

« On propose une vingtaine d’essences », estime Denis Gauffier, responsable de la serre de Grammont. La plus recherchée ? « Le jasmin étoilé, qui nécessite peu d’entretien, peu d’eau et développe peu de maladies. On nous demande aussi des conseils sur les plantes, qu’elles soient faciles d’entretien. » De petits gestes qui changent le quotidien.