Cannes: « En première ligne », les plagistes mis à contribution pour donner l'alerte en cas de tsunamis

PREVENTION Une charte « unique en France » a été signée avec la mairie à l’occasion de la Journée mondiale de sensibilisation aux tsunamis

Fabien Binacchi

— 

La ville de Cannes compte 7,6km de plages
La ville de Cannes compte 7,6km de plages — Mairie de Cannes
  • Une charte « sur le risque de tsunamis et de submersions marines » a été signée entre la mairie et les plagistes de Cannes.
  • Elle inclut les professionnels du littoral dans la chaîne d’alerte.
  • Des formations vont notamment leur être dispensées pour appréhender les signes avant-coureurs

« Nous avons tous été concernés de près ou de loin par ce qui a frappé en Thaïlande en 2004. Il ne faut pas dramatiser, mais on se dit que ça peut arriver ici aussi. Alors autant s’y préparer ». Avec tous ses collègues, Olivier Rotondaro, le président des plagistes de Cannes, a signé lundi avec la mairie de la cité des festivals une charte « sur le risque de tsunamis et de submersions marines ».

Une initiative unique en France, après deux exercices de simulation organisés grandeur en collaboration avec le Centre d’alerte tsunami (Cenalt). « Les professionnels du littoral sont en première ligne et ils peuvent avoir un rôle à jouer dans la mise en sécurité des personnes », a expliqué David Lisnard, le maire (LR) de Cannes, qui compte 7,6 km de plages.

Des cartes indiquant les « zones refuges »

La municipalité a notamment travaillé à l’élaboration de cartes d’évacuation contenant des « zones refuges ». « Nous avons identifié des points hauts de plus de 5m ou des espaces éloignés de plus de 200m de la bande littorale », précise Karin Topin Condomitti.

En signant cette charte, présentée à l’occasion de la Journée mondiale de sensibilisation aux tsunamis ce mardi, les plagistes s’engagent également à être inscrits sur la liste des contacts du réseau municipal de diffusion Cannes Alerte, à préparer des « kits d’urgence » et à suivre une formation afin de mieux appréhender les « signes avant-coureurs ».

« Ils peuvent être eux-mêmes des alerteurs s’ils sont témoins d’une secousse ou d’un phénomène de retrait de la mer », détaille encore la responsable. Les marins-pêcheurs de Cannes seront également mis à contribution.

« On pourra donner l’alerte assez rapidement »

« On sent la mer. On vit avec elle toute la journée. On pourra donner l’alerte assez rapidement. Plusieurs conférences sont prévues pour nous apprendre à détecter des anomalies », explique Olivier Rotondaro.

Et le risque existe bien. Laurie Boschetti, du laboratoire Geoazur, expliquait il y a peu à 20 Minutes que la Côte d’Azur était exposée aux séismes de la faille Ligure, située entre 20 et 30 km du littoral, mais aussi aux « événements gravitaires ».

« Localement, la topographie des fonds marins est propice aux glissements de terrain », note la spécialiste. En 1979, un tsunami provoqué par un affaissement de terrain sur un chantier au sud de l’aéroport de Nice tué onze personnes.