Pourquoi la disparition des vers de terre serait une catastrophe pour la planète

ETUDE Une étude montre que le changement climatique perturbe les vers de terre, qui remplissent des fonctions essentielles sur la planète

Nicolas Bonzom

— 

Un ver de terre (illustration)
Un ver de terre (illustration) — Caro / Teich /SIPA
  • Une étude montre que les vers de terre sont menacés par les changements climatiques.
  • Or, ces petits êtres jouent un rôle primordial dans le fonctionnement de la nature.
  • Ils sont « de véritables ingénieurs », indique le chercheur Raphaël Marichal.

Et si les vers de terre disparaissaient ? Ce ne serait sans doute pas pour déplaire aux anthelmophobes, qui ont une peur bleue de ces herbivores rampants, mais une véritable catastrophe pour la planète.  Une étude scientifique, publiée le 25 octobre en Une de la revue Science, s’inquiète de l’impact des changements climatiques sur ces petits êtres visqueux, qui rendent de sacrés services à l'environnement.

« Les vers de terre sont à la fois acteurs et indicateurs de la qualité des sols, ce sont de véritables ingénieurs », explique à 20 Minutes le Montpelliérain Raphaël Marichal, chercheur au Cirad, qui figure parmi les scientifiques du monde entier qui ont étudié à la loupe le comportement des vers. En creusant des galeries qui aèrent les sols ou en grignotant les débris organiques, ces petits animaux participent au bon fonctionnement de l’environnement. Ils donnent aussi d’autres coups de pouce à la nature, en fournissant par exemple des nutriments aux plantes, ou en stockant le carbone dans le sol.

Précipitations, températures et humidité du sol

Leur disparition serait ainsi une très mauvaise nouvelle pour la Terre. « Compte tenu de leur rôle, nous sommes préoccupés par les éventuels effets en cascade sur d’autres organismes tels que les microbes, les insectes du sol et les plantes », craint Nico Eisenhauer, de l’université de Leipzig, en Allemagne, qui a coordonné ces travaux.

« Les facteurs qui ont le plus d’importance pour les vers de terre sont les précipitations, les températures et l’humidité du sol, reprend Raphaël Marichal. Ces trois facteurs vont fortement être impactés par le réchauffement climatique, qui risque d’avoir un impact très négatif sur les populations de vers de terre, et sur les fonctions qu’ils occupent. »