Bassin d’Arcachon : Pourquoi la vague d’expropriations sur le domaine de la Dune du Pilat va-t-elle se poursuivre ?

ENVIRONNEMENT Le Conservatoire du Littoral a initié en 2016 une vague d’expropriations de plusieurs propriétés privées situées sur le domaine de la plus haute dune d’Europe, ceci afin de la protéger

M.B.

— 

La dune du Pilat
La dune du Pilat — M.Bosredon/20Minutes
  • C’est un travail complexe qui a été réalisé par le Conservatoire du littoral et le Syndicat de la Grande Dune du Pilat.
  • Sur une superficie de 400 hectares à exproprier, plus de la moitié du périmètre a déjà été acquise.
  • La préfecture doit relancer une enquête à partir de fin octobre pour achever cette procédure, essentielle pour protéger un site naturel fragilisé.

Le travail d'expropriation sur le domaine de la Dune du Pilat est encore loin d’être terminé. La plus haute dune d’Europe était composée, en superficie, à plus de 65 % de propriétés privées jusqu’en 2016. Date à laquelle une procédure d’expropriation a été engagée pour préserver la dune.

Le site qui attire plus de deux millions de visiteurs par an, est en effet « confronté à des problématiques diverses (extension de l’urbanisation, développement d’activités commerciales, stationnement non contrôlé, etc) qui peuvent porter atteinte à l’équilibre d’un espace aux composantes paysagères et écologiques exceptionnelles », souligne la préfecture de Gironde.

Deux ans pour le seul recensement des multiples propriétaires

Initiée par le Conservatoire du littoral, en collaboration avec le Syndicat Mixte de la Grande Dune du Pilat, gestionnaire du site, la procédure d’expropriation reconnue d’utilité publique par l’Etat, porte sur environ 400 hectares, et concerne quelque 150 propriétaires. Elle vise à assurer la protection des milieux dunaires et forestiers remarquables de la dune.

Il s’agit d’une opération complexe, puisque le seul recensement des multiples propriétaires (en majorité des propriétaires forestiers) a pris près de deux ans. Aujourd’hui, le Conservatoire du littoral a déjà acquis plus de la moitié du périmètre, mais il lui reste encore 178 hectares à récupérer pour la mise en place de ces actions de préservation et de gestion durable.

Un registre d’enquête pour formuler d’éventuelles observations

C’est ainsi qu’il doit être procédé sur le territoire de la commune de la-Teste-de-Buch, « à une enquête parcellaire en vue de déterminer la liste des parcelles, immeubles ou droits réels immobilier à exproprier pour la réalisation du projet », indique la préfecture de la Gironde ce mercredi.

Du 28 octobre au 28 novembre, un registre d’enquête sera déposé à la mairie annexe de Pyla-sur-Mer « afin que les propriétaires concernés puissent en prendre connaissance et formuler d’éventuelles observations écrites au commissaire-enquêteur. »

La démarche est d’autant plus urgente, que de plus en plus de monde se presse chaque année pour visiter le site. Et l’année 2019 pourrait bien battre des records de fréquentation.