Baleines : Les mères émettent des signaux plus faibles pour protéger leurs bébés des prédateurs

ÉTUDE Ces signaux spécifiques ne se propageraient qu’à 100 m à la ronde, contre un kilomètre pour les signaux habituels

20 Minutes avec agences

— 

Une baleine franche australe filmée par un drone de la Murdoch University.
Une baleine franche australe filmée par un drone de la Murdoch University. — MUCRU

Les baleines franches de l’Atlantique nord tentent de communiquer plus discrètement. L’espèce semble avoir mis en place une nouvelle stratégie afin de protéger les bébés de prédateurs potentiels comme les orques, selon une étude publiée ce mardi dans la revue Biology Letters.

Lorsqu’elles ont des bébés, les baleines franches émettent ainsi des signaux plus faibles que des femelles en gestation ou des baleineaux. Cela suggère qu’elles « utilisent la dissimulation acoustique quand leurs bébés sont les plus vulnérables », soit au cours des trois premiers mois, indique l’étude.

Une mortalité élevée chez les bébés baleines

Ces conclusions font sens : d’autres études avaient déjà observé la même stratégie chez des baleines à bosse et des baleines franches australes. « Les signaux de plus faible amplitude pourraient minimiser le risque de détection tout en permettant la communication mère-bébé », poursuit l’étude. Ils seraient détectables dans un rayon d’environ 100 m seulement, contre 1 km pour les signaux habituels, plus forts.

Avec une population totale autour de 500 individus, les baleines franches de l’Atlantique nord sont une espèce en danger. Comme les autres baleines à fanon, la mortalité des adultes est faible, n’ayant que les orques comme prédateurs. Mais celle des bébés, cible des orques mais aussi des requins, est bien plus élevée.