Pollution à l'arsenic dans l'Aude: Terrains de foot ou boulodromes, il y a dix sites officiellement contaminés

SANTE Les résultats des analyses sont tombés. Dix des 25 sites de la vallée de l’Orbiel suspectés d’être pollués à l’arsenic le sont bel et bien. Sur des stades de foot ou des boulodromes, les maires vont devoir faire des travaux

H. Ménal et B. Colin

— 

La commune de Trèbes a été très touchée par les inondations dans l'Aude.
La commune de Trèbes a été très touchée par les inondations dans l'Aude. — Pascal RODRIGUEZ/SIPA

Les inquiétudes des habitants et des élus de la vallée de l’Orbiel étaient fondées. Il y a quasiment un an, les terribles inondations dans l'Aude ont fait resurgir le spectre d’une pollution à l’arsenic liée aux dépôts des déchets de l’ancienne mine d'or de Salsign.

Après la détection d’un taux anormal d’arsenic chez plusieurs enfants habitant la vallée, la préfecture avait décidé cet été de commander des analyses poussées des sols de 25 lieux publics comme les terrains de sport, les aires de jeu ou les cours d’école. Les résultats de ces études menées par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) puis interprétés par l'Ineris (Institut national de l’environnement industriel et des risques) ont été dévoilés ce lundi par l’Agence régionale de Santé.

Des travaux demandés aux communes

Il en ressort qu’aucune cour d’école ou de crèche ne présente de danger, soit parce qu’elles ont été fermées ou recouvertes d’un enrobé. En revanche, 10 des 25 sites sondés, concernant cinq communes, présentent des concentrations d’arsenic préoccupantes. Assez en tout cas pour que l’Ineris préconise d’y faire des travaux pour isoler les sols nus. Les sites concernés sont :

- Pour Conques : deux aires de jeux et le sol autour de la piscine.

- Pour Villalier : le boulodrome et les deux terrains de foot.

- Pour Trèbes : le stade Bonnecaze et l’aire de jeux Orbiel.

- Pour Lastours : l’aire de pique-nique.

- Pour Mas-Cabardès : l’aire de jeu.

Les maires des cinq communes ont été informés. Dans l’attente qu’ils déclenchent les travaux, les 10 sites restent fermés au public par arrêté préfectoral.