La centrale de nucléaire de Fessenheim est la première centrale moderne ouverte en France.
La centrale de nucléaire de Fessenheim est la première centrale moderne ouverte en France. — M.ASTAR/SIPA

ENERGIE

Les questions qui se posent avec la fermeture actée de la centrale nucléaire de Fessenheim

D’autres fermetures de réacteurs sont prévues avant 2035

  • EDF a confirmé lundi l’arrêt définitif de Fessenheim en juin 2020.
  • Environ 1.200 personnes travaillent sur le site.
  • Le gouvernement prévoit la fermeture de douze réacteurs d’ici à 2035.

Cette fois-ci, c’est vraiment la fin pour Fessenheim. Ce lundi, EDF a confirmé que la centrale nucléaire alsacienne, mise en service en 1977, allait s’arrêter définitivement en juin 2020. L’annonce de la fermeture a réactivé le débat sur le nucléaire. Si beaucoup se félicitent de l’arrêt de Fessenheim et appellent à poursuivre les fermetures, d’autres font part de leur inquiétude quant à la capacité de production française.

Pourquoi la fermeture de Fessenheim a-t-elle pris autant de temps ?

En 2012, François Hollande est élu et la promesse de fermer Fessenheim figure déjà en bonne place dans ses « 60 engagements » présidentiels. « J’engagerai la réduction de la part du nucléaire dans la production d’électricité de 75 % à 50 % à l’horizon 2025 (…). Dans ce contexte, je fermerai la centrale de Fessenheim et je poursuivrai l’achèvement du chantier de Flamanville (EPR) » promet-il. La centrale alsacienne doit alors s’arrêter fin 2016.

Mais pour EDF, pas question d’éteindre les réacteurs avant que l’EPR de Flamanville n’entre en service. Or, ce dernier accumule les retards : sa mise en route est pour l’instant annoncée pour 2022, dix ans après la date prévue. L’entreprise a aussi négocié une généreuse indemnité auprès de l’État pour compenser la fermeture de Fessenheim. A l’époque, le gouvernement Hollande propose 80, puis 100 millions d’euros. Insuffisant pour EDF, qui finit par obtenir 400 millions d’euros, auxquels se rajouteront des versements futurs devant compenser le « manque à gagner ». Ce protocole d’indemnisation a été validé il y a quelques jours.

Quelles seront les conséquences pour l’emploi ?

Actuellement, environ 1.200 personnes travaillent pour Fessenheim, dont 850 salariés d’EDF. Pour ces derniers, différentes options sont sur la table : mutation au sein d’une autre centrale, poursuite de leur carrière à Fessenheim le temps de la phase de « prédémantèlement », ou encore reconversion professionnelle. « Ce sujet ne fait plus l’objet de négociations, il est cadré » confirme François Dos Santos, secrétaire du comité central d’entreprise d’EDF. Pour les sous-traitants, dont l’avenir est plus incertain, le gouvernement prévoit de mettre en place « une cellule d’accompagnement personnalisé ».

Parallèlement, l’exécutif a lancé un « projet de territoire » pour développer de nouvelles activités autour de Fessenheim (située entre Colmar et Mulhouse). Un projet d’installation photovoltaïque (panneaux solaires) est aussi en cours de développement. En outre, les collectivités locales percevront 30 millions d’euros pour compenser la fermeture de la centrale et la fin des recettes fiscales qu’elle générait.

Cette fermeture va-t-elle avoir un impact sur la production d’électricité ?

C’est l’un des grands débats provoqués par la fermeture de la centrale. Très actif sur Twitter, Tristan Kamin, ingénieur d’études en sûreté nucléaire, relève que « l’un des deux [réacteurs] va donc s’arrêter en février. En plein hiver, au moment où on risque le plus d’avoir des pics de consommation et des soucis d’approvisionnement ». Autrement dit, faut-il craindre des coupures de courant à cause de la fermeture de Fessenheim ? « On saura faire sans, même si cela implique de mettre en œuvre des moyens plus coûteux et carbonés [par exemple les centrales à charbon], affirme François Dos Santos, et même si les marges [entre la production et la demande d’électricité] sont très réduites, de l’ordre de 500 à 1.000 MégaWatt. Fessenheim aurait bien été utile lors d’hivers très froids ».

« Le risque existe, poursuit Yves Marignac, spécialiste du nucléaire et porte-parole de l’association Negawatt. Retirer 900 mégawatts du système électrique [la puissance électrique actuelle d’un réacteur de Fessenheim] au moment où il est sous contrainte n’est pas anodin. Mais si l’on prend en compte l’état actuel du parc, le maintien des centrales charbon, l’évolution de la consommation d’électricité - qui tend à stagner, voire à décroître –, c’est un risque maîtrisable ».

Pour cet expert, « au-delà de cet hiver, il faut se poser à plus long terme la question de la réduction des consommations d’énergie. Vous avez des usages, par exemple les écrans publicitaires dans le métro, qui ne sont pas du tout indispensables et qui pourraient être éteints en cas de pic de consommation. Il faut aussi accélérer la rénovation thermique des logements et le renouvellement des vieux chauffages électriques de type " grille-pain ". En plein hiver, le chauffage représente aujourd’hui jusqu’à 40 % de la consommation d’électricité en France ».

D’autres fermetures de centrales nucléaires sont-elles prévues dans les prochaines années ?

Si le gouvernement veut respecter sa programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), il n’a pas le choix. D’ici à 2035, l’exécutif souhaite que le nucléaire ne représente plus que 50 % de l’électricité produite en France, sachant que sa part était de 71,7 % l’an dernier. En plus de Fessenheim, le gouvernement a donc prévu de fermer douze réacteurs (sur 56) dans les quinze prochaines années, dont au moins quatre avant 2030. Ce calendrier permet en théorie de ne plus fermer aucun réacteur d’ici à la fin du quinquennat, en 2022, et donc d’en laisser la responsabilité aux futurs gouvernements.

Pour Bernard Laponche, physicien nucléaire et cofondateur de Global Chance, une association qui encourage le développement des énergies renouvelables, la fermeture de Fessenheim doit conduire l’exécutif à s’interroger sur son pouvoir en la matière. « Le gouvernement, hors raisons de sécurité, ne peut pas décider seul de fermer une centrale. C’est l’exploitant, à savoir EDF, qui prend la décision » rappelle l’ancien membre du commissariat à l’énergie atomique (CEA). Selon lui, la loi devrait évoluer pour permettre à l’exécutif d’appliquer plus facilement sa politique énergétique, sans devoir négocier avec EDF… qui est pourtant possédé à plus de 80 % par l’État.