Sri Lanka : Sept éléphants retrouvés morts ce week-end, probablement empoisonnés

FAUNE SAUVAGE Quatre cadavres, dont celui d’une femelle qui attendait un petit, ont été retrouvés vendredi et trois autres samedi

20 Minutes avec agences

— 

Des éléphants dans une rivière, près de Colombo, au Sri Lanka.
Des éléphants dans une rivière, près de Colombo, au Sri Lanka. — SIPA

Sept éléphants ont été retrouvés morts depuis ce vendredi au Sri Lanka. Les animaux ont sans doute été empoisonnés par des villageois, exaspérés par les accidents mortels et la destruction des cultures causés par les pachydermes, selon la police.

Trois éléphants morts ont été découverts ce samedi dans une réserve forestière près du site de Sigiriya, une forteresse du Ve siècle classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco. Vendredi, les restes de quatre autres animaux, dont une femelle gestante, avaient été retrouvés.

De nombreux incidents dans les campagnes

Des vétérinaires et spécialistes de la faune sauvage vont procéder à des autopsies pour confirmer ou non que les pachydermes ont été empoisonnés. En zone rurale, les éléphants causent la mort d’une cinquantaine de personnes par an, notamment en faisant irruption dans des villages. Selon la police, le nombre d’incidents du genre serait en augmentation.

De plus, le passage d’éléphants dans les champs et les zones de culture détruit les récoltes des villageois, provoquant leur colère. Tuer des éléphants peut théoriquement être passible de la peine de mort au Sri Lanka. La population d’éléphants dans le pays, estimée à 12.000 bêtes au début du XXe siècle, ne compte plus que 7.000 individus aujourd’hui.