Roubaix : 500 familles s’engagent dans le zéro déchet

ZERO DECHET Lancé en 2014, le programme « zéro déchet » de la ville de Roubaix a déjà fidélisé 500 familles

N.G. avec AFP

— 

Tendre vers le zéro déchet, c'est notamment faire ses courses en vrac pour limiter les emballages superflus.
Tendre vers le zéro déchet, c'est notamment faire ses courses en vrac pour limiter les emballages superflus. — Creative Commons / Pixabay.

Elles sont déjà 500 familles à avoir relevé le défi du zéro déchet à Roubaix, dans le Nord. Lancé en 2014, le programme accompagne les familles sur la base du volontariat à travers des ateliers gratuits, avec le défi de réduire de 50 % la production annuelle d’ordures ménagères.

Quatre ans plus tard, le bilan est très positif. « On est quasiment à 50 % de baisse de déchets dans les familles concernées, voire 80 % », avec « un vrai effet sur le pouvoir d’achat, car certaines familles ont économisé jusqu’à 250 euros par mois, soit 3.000 euros par an », déclare à l’AFP Guillaume Delbar, maire divers droite de Roubaix.

Changer de routine pour consommer mieux

Avant de se lancer dans l’aventure il y a huit mois, Abigayil Schnunt, professeure des écoles spécialisée, regardait cela « d’un œil extérieur ». « Je me disais que c’était trop compliqué », se souvient-elle.

Aux critiques dénonçant des pratiques trop chronophages, elle répond aujourd’hui que c’est « une idée préconçue ». « Ça ne prend pas forcément plus de temps, c’est juste une routine différente », nuance cette mère de trois enfants qui a « changé ses habitudes » en passant du supermarché discount aux commerçants locaux, avec ses bocaux et sacs en tissu. « Le prix au kilo est parfois plus cher mais comme on mange mieux, on consomme mieux : je fais moins de gâchis, je réfléchis plus avant d’acheter, insiste-t-elle. Je pense que je ne reviendrai plus en arrière ».