Autriche : Des travaux à la pelleteuse sur un glacier mettent des associations en émoi

FONTE DES GLACES Le WWF s’est ému de travaux sur un glacier, qu’il juge néfaste pour l’environnement

20 Minutes avec agence

— 

Le glacier de Pitztal, en Autriche (illustration).
Le glacier de Pitztal, en Autriche (illustration). — fallix/Pixabay

RECTIFICATIF : Contrairement à ce que laisser supposer le titre initial, le chantier en cours ne vise pas à agrandir un domaine skiable, mais correspond à des travaux habituels sur le domaine pour la saison automne-hiver et la préparation des pistes. Nous avons rajouté la réaction du gestionnaire de la station, recueillie par l’AFP et rectifié notre titre.

Des pelleteuses en train de creuser dans un glacier en Autriche : ce sont les inquiétantes images qu’a partagé début septembre World Wildlife Fund (WWF)

Le domaine situé sur le glacier Pitztal, à plus de 3.000 m d’altitude à l’ouest de l’Autriche, creuse actuellement la montagne. Les images ont choqué

« Nous allons droit dans le mur »

Pour autant, ces travaux ne correspondent pas à une extension du domaine skiable, comme l’ont rapporté plusieurs médias – dont 20 Minutes-. Le gestionnaire de la station, interrogé par l’AFP a regretté la mauvaise interprétation de l’image. « Les pelleteuses ont pour mission de creuser, terrasser la glace, pour façonner des pentes et combler les crevasses dans l’optique de la nouvelle saison de ski ». Des travaux habituels pour la saison automne-hiver, pour préparer les pistes.

S’il ne conteste pas le caractère habituel des travaux, le WWF s’inquiète d’un autre projet, toujours à l’étude, et qui consisterait en la fusion des glaciers de Pitztal et Ötztal et de leurs domaines skiables. Pour ce faire, il faudrait enlever 1,6 hectare de glace et en niveler par moins de 64 hectares. « C’est à l’image de la destruction de la forêt amazonienne », confie le glaciologue Sylvain Coutterand à BFMTV. « Nous allons droit dans le mur, et allons le payer. L’homme ne tire pas les leçons du passé. »

Selon Sylvain Coutterand, entamer ainsi le glacier à coups d’engins de chantier aurait aussi un impact sur les stocks d’eau disponibles dans les vallées. Les associations Amis de la nature et WWF se sont déjà fermement opposées au projet de fusion des deux glaciers en juin dernier, sur lequel les collectivités n’ont pas encore statué.