Pyrénées : Les Espagnols ne veulent plus de l’ours Cachou qui a tué cinq chevaux en deux semaines

BIODIVERSITE Les autorités du Val d’Aran, dans les Pyrénées espagnoles, demandent le « retrait immédiat » de l’ours Cachou qu’elles accusent d’avoir tué cinq chevaux en deux semaines

20 Minutes avec AFP

— 

Un ours brun. Illustration.
Un ours brun. Illustration. — Whitewolf - Sipa

Dans la nuit de mercredi à jeudi, une jument a encore péri sous les griffes d’un ours dans un petit village des Pyrénées espagnoles, niché dans le Val d'Aran. Et tout désigne Cachou, plantigrade de 4 ans, doté d’un collier GPS qui le trahit à chacun de ses raids meurtriers.

Les autorités du Val d’Aran, un territoire semi-autonome de Catalogne, l’accusent d’avoir tué quatre juments et un poulain en l’espace de quinze jours, ce malgré les pétards et autres mesures prises pour l’effaroucher. Elles n’en peuvent plus du « comportement de prédateur » du descendant des ours Balou et Plume et de son goût prononcé pour les équidés.

Goiat et Claverina sont aussi particulièrement voraces

« Nous exigeons le retrait immédiat de l’ours Cachou », déclare dans un communiqué Francés Boya, qui assure la fonction de chef de l’exécutif aranais, sommant les différentes administrations à prendre des mesures.

Cachou n’est pas le seul plantigrade à être dans le viseur sur le versant espagnol du massif. L’ours slovène Goiat se voit régulièrement reprocher sa voracité. Et Claverina, réintroduite dans le Béarn à l’automne 2018, est déjà accusée d’avoir tué des brebis des deux côtés de la frontière.