VIDEO. Toulouse : Grâce à leur système, ils récupèrent le plastique flottant charrié par la Garonne

POLLUTION Les Toulousains de Plastic Vortex ont mis au point un système capable de récupérer les déchets flottants de la Garonne

Beatrice Colin

— 

Platic Vortex collecte les déchets flottants de la Garonne — 20 Minutes
  • Depuis fin août et jusqu’au 31 octobre, les membres de l’association Plastic Vortex déploient leur système de déchets flottants sur la Garonne toulousaine.
  • Ce collecteur permet de récupérer notamment les bouteilles plastiques, source de pollution des océans.
  • Pour financer une version mécanisée de leur système, les membres de Plastic Vortex ont lancé une opération de financement participatif.

En mars dernier, aux Philippines, une baleine mourait avec 40 kg de plastique dans l’estomac. Une pollution océanique qui provient à 80 % des terres. Partant de ce constant, trois jeunes Toulousains se sont lancé le défi de limiter la quantité de déchets flottants déversés pas les fleuves dans les océans.

Après trois ans de mise au point technique, ils ont déployé en août dernier sur la Garonne leur système servant à collecter les bouteilles en plastique et autres objets flottants. Attaché entre deux piles du pont de Blagnac, « notre démonstrateur récupère entre 30 et 40 bouteilles par jour », explique Alexis Eskenazi, l’un des cofondateurs de l’association Plastic Vortex.

Lors d’un week-end de pluie, les trois jeunes Toulousains à l’origine du projet ont même récupéré dans « leurs filets » plus de 230 bouteilles. Et selon un rapide calcul, ils estiment qu’une ville comme Toulouse produit 10 et 15 tonnes de déchets flottants sur dix ans, soit environ entre 312.000 et 468.000 bouteilles plastiques.

Développer un collecteur autonome

Ce barrage récupérateur de déchets fonctionne grâce à la force du courant. Les objets trop lourds, comme les troncs de bois passent en dessous. Leur tapis mécanique permet de ramasser tout ce qui se trouve à la surface de l’eau, après avoir été canalisé grâce à des flotteurs conçus à partir de bouteilles en plastique.

Les déchets flottants récupérées dans la Garonne par le système mis au point par l'association Plastic Vortex.
Les déchets flottants récupérées dans la Garonne par le système mis au point par l'association Plastic Vortex. - Plastic Vortex

« Notre système utilise ainsi une source de pollution comme ressource pour en capter une autre », argumente Louis Fayolle, autre membre de l’association qui répond aux questions des passants, interpellés par ce drôle de barrage.

Le contenu de la benne, où s’accumulent des bouteilles en plastique, du polystyrène, des cannettes et ballons, est ensuite remonté manuellement jusqu’aux berges.

Le collecteur de déchets flottants de Plastic Vortex, installé sur la Garonne toulousaine.
Le collecteur de déchets flottants de Plastic Vortex, installé sur la Garonne toulousaine. - Plastic Vortex

« C’est un démonstrateur qui fait ses preuves. Nous allons continuer à l’améliorer et les prochaines versions seront mécanisées et électriques et ainsi qu’il soit autonome », affirme Anthony Coulon qui s’occupe de la partie technique. Pour mener ce projet à bien, ils ont lancé une opération de financement participatif.

Pour l’heure, la métropole toulousaine les a autorisés à tester leur système jusqu’au 31 octobre, fin de la période d’étiage de la Garonne. « Nous sommes complémentaires des associations qui ramassent les déchets sur les berges. Notre objectif à terme est de créer un service de collecte de déchets fluviaux et être un outil de sensibilisation active », poursuit Alexis. Reste à convaincre les pouvoirs publics. Les promeneurs, eux, sont déjà acquis à leur cause.