Xylella fastidiosa : La crise liée à la bactérie «tueuse d’oliviers» est sous-estimée selon les oléiculteurs corses

ALERTE Le syndicat des oléiculteurs juge « illusoire et délirant de vouloir faire croire que seuls deux arbres sont touchés » en métropole

20 Minutes avec AFP
— 
Un olivier dans le Sud de la France
Un olivier dans le Sud de la France — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

La crise liée à la bactérie Xylella fastidiosa serait sous-estimée selon les oléiculteurs corses. Ils dénoncent ce lundi le manque de précaution des autorités, jugeant « illusoire et délirant de vouloir faire croire que seuls deux arbres sont touchés » après la confirmation, vendredi, de premiers cas d’oliviers contaminés en métropole, à Antibes et à Menton.

La présidente du syndicat interprofessionnel des oléiculteurs de Corse (Sidoc), qui critique la fiabilité des analyses effectuées jusqu’ici, estime que l’étendue de la maladie, qui peut toucher 200 espèces, est confondue à tort avec les effets de la sécheresse.

La problématique des arbres importés

« La responsabilité de la propagation de la bactérie sur l’île ou celle de l’introduction de nouvelle souche vous incombe […] », dit Sandrine Marfisi dans une lettre ouverte aux autorités. Environ 10.000 oliviers ont été importés en Corse depuis le début 2019 dans le cadre d’une dérogation accordée par la préfecture. Et, ce, « alors qu’une filière de production existe », selon le Sidoc. Plus de 135.000 oliviers sont exploités sur l’île.

En avril 2018, des oliviers ornant des routes territoriales de Corse avaient été testés positifs à la Xylella fastidiosa par l’Inra sur des prélèvements réalisés par le syndicat, mais ces diagnostics avaient ensuite été contredits par d’autres analyses menées par l’Anses. Ils sont « toujours en place, officiellement sains… Toujours contaminants. Cela vous semble-t-il relever d’une juste appréciation du risque ? », s’alarme Sandrine Marfisi.