Pyrénées : Une cinquantaine de brebis mortes, 300 portées disparues et l’ours comme suspect principal

COHABITATION Un troupeau de brebis a été attaqué la semaine dernière à Cauterets dans les Hautes-Pyrénées. Furieux, les bergers pointent l’ours du doigt

20 Minutes avec AFP
— 
Des brebis dans une bergerie des Pyrénées. Illustration.
Des brebis dans une bergerie des Pyrénées. Illustration. — F. Lepage - BNT - Sipa
  • Un troupeau de brebis a été découvert décimé vendredi dans les Hautes-Pyrénées.
  • Les bergers accusent un ours, plus exactement une ourse
  • Quelque 300 autres brebis sont portées disparues.

Des brebis mortes alignées sur le bitume, avec le mot « STOP » bombé dessus à la peinture rouge. Ce happening sanglant organisé ce lundi devant la sous-préfecture de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) par des éleveurs basques et béarnais fait écho à l’hécatombe qui s’est produite vendredi dans une estive des Hautes-Pyrénées.

Deux jeunes éleveurs qui venaient surveiller leur troupeau d’un millier de brebis têtes noires près de Cauterets ont découvert 15 de leurs bêtes mortes. « On les a trouvées à environ 2.5000 mètres, déjà quasiment mangées par les vautours, raconte Pascal Harispuru, un des deux bergers dont c’était le premier été en estive. Et, hier, on en a euthanasiées 36 qui étaient à l’agonie ». Ce sont ces dernières qui ont été ramenées à Bayonne pour émouvoir les autorités.

Les prélèvements n’ont pas encore parlé

Quelque 300 brebis du troupeau, pourtant gardé par six chiens patous, manquent encore à l’appel. « On est toujours en train de les chercher, on ne sait pas où elles sont, si elles sont blessées ou toutes mortes », poursuit l’éleveur. Un hélicoptère mis à disposition par la préfecture tentait de les localiser lundi en survolant cette zone, située dans le Parc national des Pyrénées​, à cheval sur les Pyrénées-Atlantiques et les Hautes-Pyrénées.

Pour les bergers, pas de doute. Cette nouvelle hécatombe est l’œuvre d’un plantigrade, plus particulièrement d’une des deux ourses slovènes – Claverina et Sorita – réintroduites à l’automne 2018 dans le Béarn. Les résultats des prélèvements effectués sur les bêtes mortes par l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ne sont pas encore connus. S’ils confirment l’hypothèse des manifestants de Bayonne, alors les bergers seront indemnisés.

Cette nouvelle affaire intervient à un moment de tensions extrêmes autour de l’ours dans les Pyrénées.