VIDEO. Rennes : Envahie par les plantes invasives, la Vilaine s’en remet à un drôle d’engin

POLLUTION Une opération de faucardage a lieu toute cette semaine pour permettre aux kayakistes de retrouver leur terrain de jeu à Rennes

Jérôme Gicquel

— 

Un bateau « tondeur-moissonneur » va sillonner la Vilaine cette semaine.
Un bateau « tondeur-moissonneur » va sillonner la Vilaine cette semaine. — J. Gicquel / 20 Minutes
  • Une plante invasive, l’égérie dense, prolifère depuis plusieurs mois dans la Vilaine à Rennes.
  • Cela a pour conséquence de perturber l’écosystème et d’empêcher toute activité nautique.
  • Pour tenter d’éradiquer ce fléau, un bateau va « moissonner » le fleuve toute cette semaine.

Si la saison des moissons touche à sa fin dans les champs, elle démarre tout juste sur la Vilaine. Depuis ce lundi, un drôle d’engin, un bateau « tondeur-moissonneur », sillonne le fleuve à proximité de la plaine de Baud, à l’est de Rennes. Sa mission : débarrasser la Vilaine de l’égérie dense, une plante invasive originaire d’Amérique du Sud qui prolifère depuis plusieurs mois.

La situation devient urgente tant la plante a envahi le cours d’eau à certains endroits. C’est le cas au niveau du pôle France et Espoir de canoë-kayak à Cesson-Sévigné qui tourne au ralenti depuis de longues semaines. « La situation est catastrophique. Cela fait depuis la fin mai que les sportifs ne peuvent plus s’entraîner », indique Claudine Le Roux, entraîneure au pôle France.

Une plante d’aquarium rejetée dans la nature

Pour permettre aux kayakistes de reprendre l’entraînement à la rentrée, la métropole rennaise a donc missionné une société pour procéder au fauchage de cette plante aquatique. Un « ennemi » que Gautier Poletto connaît bien désormais. « C’est à l’origine une plante d’aquarium. Elle s’est retrouvée dans les rivières quand des personnes ont vidé le contenu pour changer l’eau de leur poisson rouge », explique le gérant de la société Poletto, spécialisée dans le nettoyage des milieux aquatiques.

Dans la Vilaine, l’égérie dense a rapidement pris ses aises. L’habitat lui convient en effet parfaitement avec peu de fonds, beaucoup de lumière et des températures chaudes, ce qui a favorisé sa prolifération depuis le début de l’été à Rennes.

Une opération déjà menée l’an dernier

Au volant de son étrange embarcation, Gautier Poletto va donc pendant une semaine faucher ces plantes et les extraire de l’eau. Il s’agira dans un premier temps de dégager un chenal de 1,8 kilomètre afin de permettre aux kayakistes de retrouver leur terrain de jeu dans les plus brefs délais. Une fois les plantes ramassées, elles seront envoyées par camions dans une station d’épuration pour être séchées avant d’être transformées en compost.

Début octobre, Gautier Poletto sera de retour pour une nouvelle opération de faucardage qui durera cette fois deux semaines. De quoi débarrasser définitivement la Vilaine de cette espèce pour le moins gênante ? Rien n’est moins sûr. Il y a un an, une opération similaire avait déjà été menée à Cesson-Sévigné. Ce qui n’a pas empêché l’égérie dense de continuer à proliférer…