Polémique autour du voyage «écolo» en bateau de Greta Thunberg

PLANETE La militante Greta Thunberg a refusé de se rendre en avion à New York à cause des émissions de carbone que ce transport génère, mais plusieurs personnes qui l'accompagnent vont effectuer un vol

20 Minutes

— 

Greta Thunberg sur le voilier Malizia II, en partance vers New York pour se rendre à l'ONU, en 2019
Greta Thunberg sur le voilier Malizia II, en partance vers New York pour se rendre à l'ONU, en 2019 — Ben STANSALL / AFP

Cela mettra-t-il fin à la polémique? L'équipe du voilier qui traverse l'Atlantique pour acheminer Greta Thunberg à New York a assuré dimanche que les émissions de carbone liées à son déplacement seraient toutes compensées, en réponse à une polémique autour des conditions du retour du navire en Europe.

 

Un voilier de course zéro carbonne

L'adolescente suédoise, à l'origine d'un mouvement mondial en faveur du climat, est partie le 15 août avec son père à bord d'un voilier de course zéro carbone, le Malizia II, afin d'assister au sommet mondial de l'ONU à New-York en évitant d'avoir recours à l'avion, moyen de transport beaucoup plus polluant.

Mais plusieurs voix se sont élevées pour dénoncer un voyage pas si écolo qu'il n'y paraît... L’organisation de son voyage  nécessite en effet qu’au moins six autres personnes prennent l’avion, rapportent différents titres de la presse étrangère ce samedi 17 août. Le skipper qui achemine Greta Thunberg à l’aller, Boris Herrmann, va prendre l’avion au retour. Environ cinq autres personnes vont prendre l’avion, a également indiqué Andreas Kling, le porte-parole de Boris Herrmann, au journal allemand Die Tageszeitung, proche des écologistes.

Le journal britannique The Times a lui aussi eu confirmation auprès de l’équipe organisatrice que plusieurs personnes vont prendre l’avion pour organiser ce séjour de la militante, ainsi que le journal allemand Die Welt

Andreas Kling affirme cependant que l'équipage du Malizia II compensera les vols et plus généralement toutes les activités nuisibles pour la planète. «Nous sommes conscients qu’une telle compensation ne nous dédouane pas. Ce n'est pas idéal, mais c'est le minimum que l'on puisse faire», explique-t-il au Times.

Novice

Le bateau a quitté le port de Plymouth (sud de l'Angleterre) à 14h mercredi pour une traversée de deux semaines, qui doit permettre à l'adolescente d'assister au sommet mondial de l'ONU, prévu en septembre dans la mégalopole américaine.

La Suédoise de 16 ans, à l'origine d'un mouvement mondial de grève de l'école en faveur du climat, a en effet refusé de s'y rendre en avion à cause des émissions de carbone que ce transport génère. Pierre Casiraghi, fils de la princesse Caroline de Monaco, a mis gratuitement à sa disposition un bateau pour parcourir les 3.000 milles nautiques, qu'il skippe avec l'Allemand Boris Herrmann. Le voyage s'annonce ardu pour la novice qu'est Greta, mais elle s'est dit prête à affronter le mal de mer et le manque de confort.