Début de crise sanitaire près de New York à cause de l'eau polluée au plomb

POLLUTION Le maire de Newark en appelle à Donald Trump

B.C. avec AFP

— 

Robinet (illustration)
Robinet (illustration) — RAPHAEL BLOCH/SIPA

La ville de Newark, dans la banlieue de New York, est confrontée à une crise sanitaire grandissante en raison de la contamination au plomb de son réseau d’eau potable, suscitant des comparaisons avec le scandale connu par la ville de Flint, dans le Michigan.

Les responsables de Newark (New Jersey), ville de 285.000 habitants à population majoritairement noire et hispanique, ont annoncé des distributions d’eau en bouteille en attendant de trouver la cause de la contamination au plomb, qui pourrait affecter environ 15.000 foyers. Face à l’inquiétude croissante, les autorités sanitaires ont invité les habitants à prendre rendez-vous pour des tests gratuits de l’eau qui sort de leurs robinets.

Un problème national

Le gouverneur démocrate du New Jersey a aussi appelé à l’aide le gouvernement de Donald Trump, à l’égard duquel il est très critique, lors d’un point-presse mercredi à Newark. « Il faut que le gouvernement fédéral monte au créneau », a déclaré le gouverneur Phil Murphy, notamment pour accélérer la rénovation du réseau de distribution, qui comporte encore des milliers de tuyaux en plomb vieillissants. « Ce n’est pas juste un problème à Newark et dans le New Jersey ».

La responsable environnementale du New Jersey, Catherine McCabe, devait rencontrer jeudi à Washington le chef de l’agence fédérale de protection de l’environnement (EPA). En attendant de voir comment le gouvernement aidera ce bastion démocrate qu’est Newark, les autorités locales peinent à régler cette crise, dont les premiers signaux d’alerte remontent à 2017.

Des filtres en question

Connue pour son aéroport international et une criminalité endémique, la ville a déjà distribué près de 40.000 filtres de purification d’eau, à l’efficacité incertaine. Des tests récemment menés dans trois foyers qui les utilisaient ont montré que, dans deux d’entre eux, si la quantité de plomb dans l’eau avait sensiblement baissé, elle restait supérieure au plafond jugé acceptable par l’EPA.

Des résultats qui ont surpris tout le monde, selon Catherine McCabe, puisque ces filtres « ont été utilisés à Flint » avec « efficacité », alors même que les niveaux de plomb étaient supérieurs à ceux de Newark.