Londres : L’université Goldsmiths bannit le bœuf de ses cantines pour lutter contre le réchauffement climatique

INITIATIVE L’université Goldsmiths a adopté des mesures drastiques pour atteindre l’objectif de neutralité carbone d’ici à 2025 

20 Minutes avec agence

— 

Le steak, c'est fini à l'université Goldsmiths (illustration).
Le steak, c'est fini à l'université Goldsmiths (illustration). — Pixabay

Le steak-frites à la cantine, c’est terminé pour les étudiants de l’université Goldsmiths de Londres. France Corner, la nouvelle directrice de l’établissement, a décidé de bannir tous les plats à base de bœuf à partir de la rentrée de septembre, rapporte le Huffington Post ce mardi. Une initiative qui a pour but de lutter contre le réchauffement climatique.

Un petit geste pour réduire l’empreinte carbone

« Il est crucial pour moi que notre personnel et nos étudiants se soucient de l’avenir de notre environnement et qu’ils soient déterminés à contribuer au changement radical dont nous avons besoin, pour réduire notre empreinte carbone de la manière la plus rapide possible », a déclaré la nouvelle directrice à la BBC.

Dans la foulée, France Corner a annoncé l’installation de panneaux solaires pour alimenter une partie des bâtiments du campus. Enfin, l’établissement a également déclaré la guerre au plastique à usage unique : les bouteilles d’eau et gobelets en plastique seront soumis à une taxe de 10 %, à la charge des étudiants. L’établissement s’est fixé pour objectif d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2025.

L’élevage industriel, plus polluant que les transports

Les mesures prises par l’université britannique ont été approuvées par Rosie Rogers, membre de Greenpeace. « Il est encourageant de voir une institution telle que Goldsmiths ne pas simplement parler d’une urgence climatique, mais agir en conséquence », a-t-elle déclaré à la BBC.

L’élevage du bétail est responsable de près de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde, selon un rapport de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). C’est légèrement plus que le secteur des transports. La production d’un seul kilo de viande bovine correspond à l’émission de 27 kg de gaz à effet de serre.