Alsace: «En une semaine, tout a changé» pour les vignerons

CONSOMMATION Après un mois de juillet très chaud, les dernières pluies ont fait du bien au vignoble alsacien. Le millésime 2019 s'annonce même prometteur

Thibaut Gagnepain

— 

Vignes en Alsace (Archives)
Vignes en Alsace (Archives) — G. VARELA / 20 MINUTES
  • Les pluies qui se sont abattues sur l’Alsace la semaine dernière ont fait du bien au vignoble alsacien.
  • Jusqu’ici, il avait souffert des fortes chaleurs et la canicule avait même grillé des baies.
  • La récolte s’annonce moins importante qu’en 2018 mais qualitative. Les vendanges sont prévues début voire mi-septembre.

« Vous m’auriez demandé la même chose la semaine dernière, je vous aurais répondu différemment. » Au milieu de ses vignes à Châtenois, en plein cœur de l’Alsace, Pierre Bernhard respire. La récolte 2019 s’annonce sous de bien meilleurs auspices que le début d’été ne pouvait le laisser penser.

Souvenez-vous, il avait déjà fait très chaud fin juin. Puis la canicule était revenue en juillet, au cœur d’un mois particulièrement sec. Jusqu’à l’arrivée de la pluie, la semaine dernière donc. « Ces précipitations vont permettre aux récoltes de s’en sortir, reprend le président du SYNVIRA, le syndicat des vignerons indépendants. Les plants ont pu donner de l’eau aux raisins, qui étaient vraiment petits. Maintenant, si ça reste comme ça, on se dirige vers une année qualitative, avec de beaux raisins. »

« Je préfère en avoir moins que l’an dernier »

Un discours partagé aussi bien au nord qu’au sud de la route des vins d’Alsace. « Je ne suis pas du tout mécontent pour le moment », confirme Romain Fritsch, du domaine éponyme, à Marlenheim. « La maturation a été un peu bloquée par les fortes chaleurs mais avec la pluie, la vigne recommence à faire son travail. La récolte ne sera pas forcément importante mais je préfère en avoir moins que l’an dernier. » Quand la récolte avait été exceptionnelle, avec 1,2 million d’hectolitres produits.

Cette fois, le million sera difficilement atteint, la faute notamment à la canicule qui a laissé derrière elle des baies complètement grillées. « Sur certaines parcelles, on peut atteindre les 15-20 % de pertes mais c’est aussi parce qu’on effeuille pas mal chez nous », poursuit l’ancien chef d’exploitation, qui a maintenant laissé la place à son fils, Jérémie. « Nous, on n’effeuille pas mais je dirais qu’on a perdu 10 % de nos raisins, comme la plupart des vignerons en Alsace », réagit son confrère de Westhalten, Christian Koehler.

« Soyons prudents »

Tous évoquent désormais des vendanges début voire mi-septembre selon leurs préférences. En tout cas plus en août, comme ces dernières années. « On revient à des périodes classiques », synthétise Pierre Bernhard, sans trop vouloir s’enthousiasmer non plus. « Je vous l’ai dit, tout a changé en une semaine alors soyons prudents, ça peut se reproduire… Si on a trop de pluie, on aura de la pourriture. Pour l’instant, il n’y a pas de quoi se plaindre mais nous ne sommes à l’abri de rien. »