Steve Sawyer, ancien dirigeant de Greenpeace et figure de proue de la lutte écolo, est décédé

ÉCOLOGIE Il se trouvait à bord du Rainbow Warrior quand le navire a été saboté et coulé par les services secrets français

20 Minutes avec agences

— 

Steve Sawyer, porte-parole de Greenpeace, interrogé en marge de la 12e conférence internationale sur le climat à Nairobi.
Steve Sawyer, porte-parole de Greenpeace, interrogé en marge de la 12e conférence internationale sur le climat à Nairobi. — Simon Maina AFP

Militant écologiste de premier plan, Steve Sawyer est décédé à 63 ans dans un hôpital d’Amsterdam (Pays-Bas), selon l’ONG Greenpeace dont il était président. Il souffrait d’un cancer du poumon.

Steve Sawyer a été propulsé à la tête de Greenpeace après avoir été membre de l’équipage du Rainbow Warrior. Il avait 29 ans quand, en juillet 1985, ce navire a été coulé par les services secrets français.

L’homme fort de Greenpeace

Le bateau faisait alors campagne contre les essais nucléaires français dans le Pacifique. Des agents de la DGSE ont saboté le navire pendant une de ses escales à Auckland ( Nouvelle-Zélande), et le naufrage a provoqué la mort d’un photographe, Fernando Pereira.

C’est après ce drame que Steve Sawyer a accédé à la renommée internationale. En 1988, il est devenu directeur exécutif de Greenpeace, où il a occupé plusieurs fonctions de premier plan depuis. « Greenpeace a obtenu certains de ses plus grands triomphes pendant les années où Sawyer était à la barre », a souligné l’ONG dans un communiqué, évoquant l’interdiction de l’exploration d’ hydrocarbures en Antarctique ou le Protocole de Montréal.

Steve Sawyer fut un des premiers militants écologistes à parler des changements climatiques en cours. Il a également été pendant plus de dix ans le secrétaire général du Global Wind Energy Council (Conseil mondial de l’énergie éolienne – GWEC) dont le siège est à Bruxelles.