Bangladesh: Le faible nombre de tigres mâles sauvages inquiète les conservateurs de la faune

ANIMAUX Parmi les tigres du Bangladesh, le ratio est d’un mâle pour cinq femelles selon le dernier recensement effectué par les autorités

20 Minutes avec agences

— 

Un tigre dans un zoo du Bangladesh (illustration).
Un tigre dans un zoo du Bangladesh (illustration). — PAVEL RAHMAN/AP/SIPA

Le Bangladesh s’est dit ce mardi « extrêmement inquiet » du faible ratio de mâles dans sa population de tigres sauvages. La survie à long terme de l’espèce dans la forêt de mangroves du pays serait menacée.

Pourtant, avec 114 animaux selon le dernier recensement publié en mai, le nombre de félins rayés au Bangladesh a légèrement augmenté par rapport aux 106 animaux du dernier comptage, quatre ans auparavant. Preuve que la lutte contre le braconnage porte ses fruits.

Un mâle pour cinq femelles

Mais une analyse détaillée des données a révélé que le sexe-ratio était seulement d’un mâle pour cinq femelles, ont indiqué les responsables de leur protection, avec de probables répercussions sur leur niveau de reproduction. « Le ratio normal devrait être d’un mâle pour trois femelles », a déclaré à l’AFP Jahidul Kabir, responsable gouvernemental de la conservation de la faune.

Les tigres sauvages au Bangladesh se trouvent dans la forêt de mangroves des Sundarbans, dans le sud-ouest du pays, classée au patrimoine mondial par l’Unesco.

« Dans la chaîne de Sharonkhola (au nord-est de la forêt des Sundarbans, ndlr), nous n’avons trouvé que deux mâles pour 19 tigres femelles », a précisé Jahidul Kabir, ajoutant que ce déséquilibre menaçait l’avenir du tigre sauvage au Bangladesh si les Sundarbans continuaient à perdre des mâles.

Les mâles plus vulnérables au braconnage

Le braconnage pourrait être à l’origine de ce faible ratio de tigres mâles, selon Monirul Khan, professeur de zoologie et expert des tigres à l’université publique Jahangirnagar. « Les tigres mâles sont plus agressifs et couvrent des territoires plus grands, ce qui les rend vulnérables au braconnage », explique-t-il.

La population de tigres sauvages au Bangladesh a atteint un niveau alarmant en 2015, avec seulement 106 tigres présents dans la forêt contre 440 en 2004. Pour enrayer la baisse, les autorités ont plus que doublé la taille de la réserve naturelle dans les Sundarbans et déployé une unité d’élite contre les braconniers.

En 2010, lors d’un sommet en Russie, le Bangladesh et les dirigeants de 12 autres pays abritant des tigres s’étaient engagés à doubler leur population d’ici 2022. L'Inde a annoncé ce lundi une hausse de 30% de sa population de tigres sauvages en quatre ans, avec 2.967 de ces félins recensés l’an dernière sur son territoire.