Brésil: Un leader indigène tué après l'attaque d'un village par des mineurs

AMAZONIE La forêt amazonienne est riche de minéraux précieux qui attirent les convoitises

J.-L.D. avec AFP

— 

Amazonie, illustration
Amazonie, illustration — AFP

Une enquête a été ouverte sur la mort d’un leader indigène après l’invasion d’un village reculé du nord du Brésil par des mineurs lourdement armés, a annoncé dimanche un porte-parole de la police fédérale.

Les membres des tribus de la forêt amazonienne font depuis longtemps face aux pressions des mineurs, des éleveurs de bétail et des bûcherons, mais les militants luttant pour leurs droits soulignent que les menaces à leur encontre se sont intensifiées depuis que Jair Bolsonaro, qui défend les milieux d’affaires, est devenu président en janvier. Celui-ci veut en effet accélérer le développement économique en Amazonie.

Une enquête de la police fédérale

Vendredi, une cinquantaine de mineurs, des « garimpeiros », ont investi le village de Mariry appartenant à la tribu Waiapi, dans l’Etat d’Amapa, contraignant ses habitants à fuir, selon des médias. Un leader indigène a alors été tué – il aurait été poignardé.

Une équipe d’agents de la police fédérale est partie samedi pour enquêter dans cette localité située à environ 300 kilomètres de la capitale de l’Etat d’Amapa, Macapa, a déclaré un porte-parole de la police qui a requis l’anonymat.

La crainte d'« un bain de sang »

Selon des médias, des habitants y sont retournés avec l’intention de le reprendre aux mineurs, faisant craindre « un bain de sang ». « C’est une situation d’urgence », a estimé Randolfe Rodriguez, un sénateur d’opposition de l’Etat d’Amapa, sur sa page Facebook.

Les Waiapi vivent dans une zone reculée de l’Amazonie riche en or, en manganèse, en fer et cuivre.

Des minéraux au coeur de l’Amazonie

Leur territoire n’est qu’un parmi les centaines délimités par le gouvernement brésilien dans les années 1980 pour l’usage exclusif des indigènes. L’accès en est strictement régulé.

La nouvelle de l’attaque est tombée au moment où le président d’extrême droite Jair Bolsonaro défendait une fois de plus samedi l’exploitation minière en Amazonie, mettant en exergue la grande quantité de minéraux que recèle la région.

Jair Bolsonaro a assuré qu’il allait demander aux « pays industrialisés » d’aider le Brésil à exploiter les gisements de la région.