Ariège: Après l'agression de ses agents, l'ONCFS ne réalisera plus de constats de dégâts des ours

COUP DE GRIFFE Après l’incendie volontaire de l’une de ses voitures, l’Office national de la chasse et de la faune sauvage a décidé d’arrêter ses constats de dégâts d’ours dans deux vallées de l’Ariège

B.C. avec AFP

— 

Un ours brun. Illustration.
Un ours brun. Illustration. — Whitewolf - Sipa

Tant que la sécurité de ses agents est menacée, l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) a décidé de ne plus se rendre dans deux vallées de l’Ariège pour rendre compte des dégâts liés à l’ours.

Cette décision fait suite à une série d’incidents survenus ces dernières semaines, en particulier le 17 juillet lorsqu’un véhicule de l’office a été incendié alors que des agents étaient dans une estive pour dresser un constat, qui permet aux éleveurs d’être indemnisés.

« La situation reste assez inquiétante pour nous. Cela a fait l’objet de discussions et d’évaluations. Le directeur général de l’ONCFS a décidé de suspendre la réalisation des constats de dégâts liés à l’ours dans les zones où les conditions de sécurité ne sont pas réunies, c’est-à-dire les vallées d’Aston et de Vicdessos près des frontières de l’Andorre et de l’Espagne », a indiqué le délégué régional de l’Office Nicolas Alban.

Toutes les autres missions dans ces zones se poursuivent

Depuis plusieurs années, de nombreux éleveurs et élus de ce département se sont positionnés contre la présence de l’ours sur les pentes du massif. Fin juin, il a même été réclamé que l’Etat retire des ours dans la zone après la mort de plus de 250 brebis tombées d’une crête à cause de la présence d’un plantigrade.

Cette suspension des activités de l’ONCFS en lien avec les dégâts d’ours durera « jusqu’à ce qu’on ait l’assurance d’un retour à un climat apaisé. Toutes les autres missions de l’Office continuent sur cette zone » a précisé Nicolas Alban.