Montpellier: L’Occitanie fait le pari de l’hydrogène vert

ENERGIE PROPRE Un plan de 150 millions d’euros doit permettre à l’Occitanie de développer cette filière à grande échelle d’ici à 2030

Jerome Diesnis

— 

Vingt stations de distribution d’hydrogène doivent sortir de terre d’ici à 2024.
Vingt stations de distribution d’hydrogène doivent sortir de terre d’ici à 2024. — Caro / Ruffer /SIPA
  • L’hydrogène vert est produit par la technologie de l’électrolyse de l’eau. Elle consiste à séparer une molécule d’eau en hydrogène et en oxygène, par apport d’électricité.
  • La région ambitionne la construction d’usines de production d’hydrogène, d’électrolyseurs industriels et de stations de production et distribution d’hydrogène, tout en créant un parc de véhicules.

L’hydrogène sera-t-elle la solution contre les carburants issus des énergies fossiles ? La région Occitanie – qui a voté le financement du plan hydrogène verte pour 150 millions d’euros – en est persuadée. Ce montant, pour la période 2019-2030, « doit permettre de générer 1 milliard d’investissement. Il s’agit d’un levier essentiel du développement pour notre territoire », évoque Carole Delga, sa présidente.

L’hydrogène vert est produit par la technologie de l’électrolyse de l’eau. Elle consiste à séparer une molécule d’eau en hydrogène et en oxygène, par apport d’électricité (si elle-même n’est pas produite par des énergies fossiles). Production de chaleur et d’électricité, carburant pour tous types de véhicules... les usages attendus de cette énergie propre sont multiples.

Objectif: Aider à l'acquisition de 3.250 véhicules

Pour y parvenir, 20 millions d’euros seront consacrés à la construction, d’ici à 2024, d’une usine de production d’hydrogène (à Port-la-Nouvelle, dans l’Aude), de deux électrolyseurs industriels (à Blagnac et Tarbes) et de 20 stations de production et distribution d’hydrogène. L’objectif étant de doubler d’ici à 2030 les usines de production d’hydrogène, de créer 10 électrolyseurs et une cinquantaine de stations de production. Avec l’ambition de soutenir en parallèle (via un budget consacré de 10 millions d’euros) son développement par les autres collectivités.

A terme, la région souhaite aider à l’acquisition de 900 véhicules lourds ou utilitaires (dont une centaine à l’horizon 2024) par les collectivités ou les entreprises. Vingt-cinq millions d’euros y seront consacrés pour le soutien à l’achat de 3.250 véhicules à la fin du plan (dont 600 d’ici à 2024). Parmi ces moyens de transport, des trains.

Déjà trois trains commandés

L’Occitanie – et c’est son premier geste concret – a commandé auprès d’Alstom trois rames à hydrogène (pour 33 millions d’euros) qui circuleront sur les lignes Montrejeau-Luchon et Carcassonne-Limoux-Quillan. « Nous avons été évangéliser d’autres présidents de région, reprend Carole Delga. Ce sont 14 trains qui ont été commandés au total et après la Bretagne, l’Auvergne et le Grand Est, d’autres régions devraient nous suivre. Grâce à cette dynamique nationale, toute la production industrielle va être adaptée pour le réseau français. »

Plus globalement, la région envisage d’expérimenter l’utilisation de l’hydrogène à d’autres modes de transport lourd, dans l’air ou sur la mer. Cinquante millions y seront consacrés en recherche et développement.« Si nous misons sur l’hydrogène, c’est parce que notre région est pionnière [en la matière] et dispose d’atouts essentiels », conclut Carole Delga, qui entend lever 50 millions d’euros auprès de l’Europe pour financer ce plan « et conforter son leadership au niveau européen ».