Ain: Le projet de la première ferme hydrolienne fluviale tombe à l'eau

DEVELOPPEMENT DURABLE Après deux années d'étude, les partenaires ont annoncé qu'ils renoncaient au projet sur le site choisi

Caroline Girardon

— 

Hydrolienne fluviale
Hydrolienne fluviale — Hydroquest

Le projet était annoncé comme une première mondiale. La première ferme hydrolienne fluviale au monde, qui devait être inaugurée en 2019 dans l’Ain en amont et en aval du barrage de Génissiat, ne verra finalement pas le jour. La CNR, compagnie nationale du Rhône, la CMN (constructions mécaniques de Normandie) et HydroQuest, qui pilotaient ce projet de taille, ont annoncé ce lundi qu’ils y mettaient fin.

Cette ferme ambitionnait de produire de l’électricité en grande quantité : 6.700 mégawatts. Soit l’équivalent de la consommation de 2.700 foyers français. Trente hydroliennes devaient être installées dans les gorges du Rhône. Un secteur jugé « trop encaissé » et donc un mauvais choix d’implantation au final.

Mauvais choix de site

« A ce niveau de puissance (plus de 2 MW), le projet présentait des incertitudes. Il a notamment été mis en évidence que les contraintes de sites induisent un productible insuffisant et des pertes d’exploitation trop importantes à l’usine hydroélectrique de Génissiat », argumente HydroQuest.

« Le fait de se situer en aval du barrage aurait engendré une perte d’exploitation du barrage lui-même. Cela aurait augmenté la ligne d’eau. Le barrage se serait situé moins en hauteur et aurait produit moins que ce qu’il fait aujourd’hui, complète Jean-François Simon, président d’HydroQuest. Or la priorité reste l’activité du barrage. On ne pouvait pas non plus déplacer nos hydroliennes beaucoup plus bas car on se retrouvait près d’un autre barrage ».

Les deux années d’étude techniques poussées et les tests effectués ont convaincu les partenaires de renoncer au projet sur ce site-là. Ils affirment néanmoins que « cette décision ne remet en aucun cas en cause la technologie des hydroliennes fluviales, qui connaît par ailleurs un développement prometteur, en France et à l’international ».

Pour rappel, un parc de quatre hydroliennes fluviales a déjà été installé à Caluire sur le Rhône pour une durée de 18 mois, après avoir été testé pendant quatre ans sur la Loire à Orléans.