Papouasie-Nouvelle Guinée: L'armée déployée pour aider les déplacés après l'éruption du volcan Ulawun

NUAGE DE CENDRES Jusqu'à 13.000 personnes ont été déplacées et l'état d'urgence a été déclaré

20 Minutes avec AFP

— 

Vue d'hélicoptère du volcan Ulawun en éruption, le 26 juin 2019 en Papouasie-Nouvelle Guinée.
Vue d'hélicoptère du volcan Ulawun en éruption, le 26 juin 2019 en Papouasie-Nouvelle Guinée. — Craig Powell / Niugini Helicopters / AFP

L’un des volcans les plus dangereux du monde est entré en éruption en Papouasie-Nouvelle Guinée. Pour aider les milliers de personnes déplacées, l’armée a été mobilisée, a annoncé vendredi le Premier ministre tandis qu’un deuxième volcan se réveillait.

Le volcan Ulawun, en Nouvelle-Bretagne dans l’est du pays, a commencé mercredi à cracher de la lave et des cendres. L’éruption semble s’être désormais calmée mais l’état d’urgence a été déclaré. « Nous allons mobiliser l’armée pour aller sur place et évaluer la situation sur le terrain », a déclaré le Premier ministre James Marape.

Des milliers ont perdu leur logement

« Le gouverneur est déjà sur place en train d’évaluer la situation et une fois que j’aurai son rapport, nous pourrons décider de la meilleure manière d’apporter de l’aide ». Selon le député local Joseph Lelang, jusqu’à 13.000 personnes ont été déplacées par l’éruption et un millier ont perdu leur logement. D’après Leo Porikura, un responsable du Bureau de gestion des catastrophes de l’ouest de la Nouvelle-Bretagne, les déplacés sont au nombre de 7.000.

« Notre priorité, c’est de fournir de l’aide aux personnes affectées par l’éruption volcanique », a-t-il déclaré. Steven Saunders, de l’Observatoire des volcans de Rabaul, un organisme papouasien, a déclaré qu’Ulawun avait connu une petite explosion aux premières heures vendredi mais que l’activité avait baissé d’intensité.

L’aéroport recouvert de cendres

Les efforts des secours sont entravés par la fermeture de l’aéroport principal de la région, qui est recouvert d’une couche de cendres de trois centimètres d’épaisseur, selon Steven Saunders. L’île volcanique voisine de Manam est également entrée en éruption.

Les images satellites du Centre australien d’observation des cendres volcaniques (VAAC) de Darwin montrent que le volcan, l’un des plus actifs de Papouasie-Nouvelle-Guinée, s’est réveillé, a rapporté la presse australienne. Manam, situé au large des côtes septentrionales de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, a connu sa dernière éruption en janvier. En novembre 2004, environ 9.000 personnes avaient été contraintes à l’évacuation.

L’Ulawun (2.334 m), situé sur l’île de Nouvelle-Bretagne dans l’archipel Bismarck, est l’un des 16 « volcans de la décennie » identifiés par l’ONU comme méritant des recherches particulières, en raison des risques d’éruptions violentes. La Papouasie se trouve sur la ceinture de feu du Pacifique, théâtre d’une intense activité volcanique et sismique. La ville de Rabaul avait été dévastée en 1994 par une double éruption volcanique.