Charbon: Les grandes puissances mondiales investissent de plus en plus dans les énergies fossiles

ÉNERGIES FOSSILES Les pays du G20 s’étaient engagés en 2009 à diminuer à moyen terme les subventions aux énergies non renouvelables

20 Minutes avec agence

— 

Une mine de charbon dans la province chinoise de l'Anhui (illustration).
Une mine de charbon dans la province chinoise de l'Anhui (illustration). — Huang Shi Peng/AP/SIPA

Les pays du G20 dépensent chaque année 63,9 milliards de dollars (environ 56 milliards d’euros) dans la production de charbon, le combustible fossile le plus polluant au monde. Entre 2013 et 2017, leurs dépenses en matière d’énergies non renouvelables sont passées de 17 à 47 milliards de dollars.

C’est un rapport de l’Overseas Development Institute (ODI), publié en juin, qui livre ces chiffres. Les Etats concernés s’étaient pourtant engagés en 2009 à réduire à moyen terme les subventions à l’industrie des énergies fossiles. Une promesse capitale, quand on sait que les membres du G20 émettent 79 % des gaz à effet de serre rejetés au total dans le monde, selon l’ODI.

Une énergie toujours peu chère

L’institut relève également le manque de transparence des pays les plus riches au sujet de leurs dépenses et leurs subventions. Les grandes puissances ont fait preuve de négligence au moment de définir et de détailler les aides accordées.

Mais tous les pays ne sont pas à loger à la même enseigne. La France, le Royaume-Uni et le Canada ont diminué leur soutien financier aux centrales à charbon. Par exemple, la France dépense moins de 2 millions de dollars par an dans le charbon, quand la Chine a, elle, versé plus de 18 millions de dollars (presque 16 millions d’euros) à ce secteur en 2017.

Ce secteur fournit en effet de nombreux emplois en Chine, en Inde ou en Indonésie, analyse Quartz relayé par Slate. Dans les pays les plus pauvres, les aides publiques aux énergies fossiles permettent de fournir de l’électricité à un prix abordable. Mais cela pourrait bientôt changer, avec l’arrivée d’ énergies non polluantes (éolien, solaire) de moins en moins coûteuses.