Nantes: Sur les toitures, sur les parkings... La métropole tente de faire fructifier le soleil

ENERGIE La production photovoltaïque a été multipliée par quatre en quatre ans dans l'agglomération nantaise

Frédéric Brenon

— 

Les ombrières du parking P2, près du Zénith, à Saint-Herblain.
Les ombrières du parking P2, près du Zénith, à Saint-Herblain. — F.Brenon/20Minutes
  • Les parkings P2 et P3 du Zénith sont désormais couverts par des milliers de panneaux solaires.
  • C'est le groupe Legendre Energie qui a investi, soutenu par Nantes métropole.
  • Le Plan soleil de la collectivité a déjà contribué à augmenter significativement la production d'électricité issue du solaire.

Le soleil tapait fort ce mercredi midi à Saint-Herblain. « Un temps idéal pour inaugurer une centrale photovoltaïque », sourit Franck Gosselin, directeur de Legendre Energie. A deux pas du Zénith, sur les immenses parkings P2 et P3, son groupe vient en effet d’installer des « ombrières » d’un nouveau genre. Pas moins de 8.514 panneaux solaires surplombent désormais le bitume.

La structure apporte de l’ombre aux véhicules, protégera de la pluie les salariés du quartier ou les spectateurs du Zénith. Surtout, elle produira à partir de juillet de l’électricité revendue directement à EDF : environ 2.800 Mwh par an, l’équivalent de la consommation électrique de 2.400 foyers.

« Le potentiel est très important »

L’opération, aidée par Nantes métropole, aura coûté 3 millions d’euros. « Il nous faudra dix ans pour l’armortir, calcule Franck Gosselin. Mais le rendement est certain, même au nord de la Loire. Le photovoltaïque est de plus en plus compétitif. Et plus la filière se développe, moins l’installation de panneaux coûtera cher. »

Vue aérienne des ombrières sur un des parkings du Zénith de Nantes.
Vue aérienne des ombrières sur un des parkings du Zénith de Nantes. - Legendre Energie

Franck Gosselin est encore plus convaincu par le choix du parking. « On utilise une surface stérile pour de la production solaire, c’est du bon sens. En plus, on offre un service aux automobilistes. Un projet comme le nôtre peut être dupliqué n’importe où. Le potentiel est donc très important. La France a du retard par rapport à ses voisins européens. »

Production déjà multipliée par quatre

« Ce projet est la démonstration que c’est possible, se félicite Johanna Rolland (PS), présidente de Nantes métropole. Il faut se donner les moyens ensemble, public et privé, d’aller plus loin et plus vite sur ce sujet. » Depuis l’adoption du « Plan soleil » métropolitain en 2015, la production issue du photovoltaïque a été multipliée par quatre dans l’agglomération nantaise. Des projets emblématiques, comme sur la toiture du MIN ou sur l’ancienne décharge de Tougas, ont vu le jour. Et quatorze sites publics supplémentaires (écoles, CCAS, centres techniques, piscine de la Petite-Amazonie, maison des syndicats) hébergeront à leur tour du solaire d’ici à la fin 2020.

Le nouveau plan local d’urbanisme métropolitain (PLUM) facilite par ailleurs l’installation de panneaux solaires en toiture. La collectivité soutient également la plateforme In Sun We Trust qui permet aux particuliers d’évaluer le potentiel solaire de leur habitation. « On est sur la bonne voie. Mais il a fallu impulser et convaincre, y compris au sein de la métropole », rappelle Julie Laernoes (EELV), vice-présidente de Nantes métropole en charge de la transition énergétique.

 

 

Investir dans des ombrières citoyennes, c'est possible

A Saint-Aignan, près de l'aéroport, des ombrières photovoltaïques sont aussi aménagées sur l'immense parking de stockage de la société Baudron. Plus de 32.000 panneaux solaires seront mis en service cet été! Une partie de l'électricité produite sera autoconsommée par des véhicules et candélabres. Les habitants de la Loire-Atlantique et des départements limitrophes sont invités à investir jusqu'au 31 juillet. L'objectif est d'atteindre 827.000 euros. Plus de 200.000 euros ont déjà été collectés.